Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

KOUTA KATISSA : LA REINE DE LA BEAUTE CONGOLAISE

C’est le palais du parlement de Brazzaville qui a abrité cette cérémonie en présence de Jean Claude NGAKOSSO, Ministre congolais de la culture et des arts et d’autres personnalités de marques. Débuté autours à 21 heures de locale cette cérémonie a connu une particularité non seulement par sa durée, mais par son charme et son prestige.


Agée de 19 ans KOUTA KATISSA originaire du Pool, a été élue Miss Congo devant 25 candidates qui représentaient tous les départements du congo.
Quatre passages ont permis aux membres du jury présidé, par le docteur Marie Francke PURUHENCE, de choisir 10 belles filles à la beauté reluisante. Ces étapes ont été caractérisées par des défilés en tenues spécifiques à savoir tenue de ville, traditionnelle, de plage et de spectacle.

A la suite de cela ces 10 belles dames devraient répondre à deux autres critères aussi fondamentaux notamment la connaissance générale et le passage en tenue de soirée et de ville.
Ainsi plusieurs d’entres elles, qui pourtant faisait figure de miss, ont trébuché devant des questions de Médard Milandou qui était le maître de cérémonie.

Trois belles dames ont donc été élues : KOUTA KATISSA comme Miss Congo 2007, AKOUELI Ruclaire, originaire de la cuvette centrale comme 1er dauphine et Croyance GANGA, originaire du Pool comme 2e dauphine.
En dehors d’elles, le jury a procédé à l’élection de la miss charme, de la miss élégance et de la miss fair-play.

Fille au regard rayonnant, à la denture blanche, au teint de chocolat de caramel de mon enfance, KOUTA KATISSA s’est engagé à apporter sa part de parjure au relèvement du niveau de vie de ses compatriotes par des plaidoyers.

Pupuce IBATA Présidente du comité Miss Congo pense que KOUTA KATISSA défendra avec honneur la beauté congolaise partout où besoin sera. Elle a en outre interpellé les autorités gouvernementales de soutenir fermement le comité Miss congo, car Blanda EBOUNDIT, la miss 2006 sortante avait raté plusieurs voyages par fautes de moyens financiers.
Blanda EBOUNDIT qui passe le témoin à KOUTA KATISSA avait défendu non seulement la beauté congolaise, mais africaine en chine lors de la compétition de miss tourisme.
Espérant que KOUTA KATISSA ne connaîtra pas ces mêmes mésaventures surtout qu’elle a été élue en présence des Miss France, miss Ethiopie, miss Gabon, miss Togo, miss Côte d’ivoire et miss République Démocratique du Congo.
Précisant que le collectif des Miss de L’Afrique centrale ont eu à faire des dons en produits pharmaceutiques dans quelques services du C.H.U de Brazzaville. Elles ont en outre fait des dons à l’orphelinat Dorcas qui s’occupe des enfants délaissés.

Fresnel BONGOL TSIMBA
tsymbhatbongaul@yahoo.fr
Correspondant permanent de Basango.com au Congo


Fresnel BONGOL TSIMBA
Rédigé le Vendredi 2 Mars 2007 à 00:00 | Lu 3877 commentaire(s)





1.Posté par akoueli le 25/02/2008 21:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
salut moi je crois que si on pourai reponse la competition miss akoueli ruclaine fille d'akoueli emmanuel pourai avoir ++++++++++++++ de change de remporte le tophet de miss congo 2007


À lire aussi :
< >

Vendredi 16 Juillet 2021 - 22:14 Sardoine Mia

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter