Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

KINI ANNIE

LA JOIE DE CHANTER

ANNIE LUCIE MBODO NIOUMA, née le 12 octobre 1980 à Pointe Noire, commence trés tôt à chanter dans les eglises.Il parait qu’à l’âge de 4 ans elle savait déjà quelle serait sa vocation


KINI ANNIE
Son nom de scène ,Kini Annie, reflète ce qu´ elle veut transmettre avec sa musique: “KINI” signifie la joie dans sa langue maternelle le Kuni. Hasard ou coup du destin, il est évident que la musicienne congolaise vivant à brazzaville a trouvé dans la musique le confort materiel et la satisfacton personnelle que ses études n’ont jamais pu lui offrir. A L’âge de 5 ans KINI ANNI et sa famille s’installent dans le departement du Niari où elle débute sa carrière à 18ans, en chantant dans des groupes vocaux. C´est en 2005 qu’elle enregistre sa première maquette et qu’elle crée son propre groupe “EYAM LAILA”. KINI s’offre une année sabbatique en 2006 qui fut une année clé pour elle car elle change de registre et asse de la musique religieuse à la musique profane. Elle choisit donc la “WORLD MUSIC”, un mélange de style, qui lui permet de s’exprimer plus librement c’est alors qu’elle enchaîne en 2009 avec de la musique “AFRO BEAT “. Bien qu’elle soit consciente du fait que de vivre de cet art qu’elle affectionne tant, la musique, ne soit pas chose facile, elle reste convaicu qu’en transmettant du positif et de la joie en chantant il est possible de changer des choses ou de contribuer au bien etre d’autrui.


La alegría de cantar,

Su nombre artístico Kini Annie, refleja lo que ella quiere transmitir con su música: “Kini”, alegría, en lengua Kuni. Annie Lucie Mbodo Niouma, nacida el 12 de Febrero de 1980 en Pointe Noire, comenzó pronto a cantar en la iglesia. Parece que a los cuatro años ya supo cual sería su verdadera vocación.

Quizás fue el destino o solo la casualidad, pero esta compositora congoleña residente en Brazzaville, encontró en la música lo que sus estudios de contabilidad no pudieron proporcionarle, tanto en lo económico como en lo personal.
Kini se trasladó con su familia a los cinco años al departamento de Niari. Fue allí, con dieciocho años, cuando inició con los grupos vocales. Ya en 2005 graba su primera maqueta y crea su propia banda, “Eyam Laila”.

El 2006 fue un año sabático y clave para Kini, ya que se decantó por la música profana frente a la religiosa. En este caso escogió la “Wold Music”, una mezcla de estilos que le permitían expresarse libremente. Ya en 2009, comenzó a hacer música “Afro beat”.

Aunque sabe que no es fácil vivir de la música, sus ganas de transmitir alegría y positivismo, la posibilidad de que una canción pueda cambiar algo y contribuir al bienestar ajeno, le hacen seguir adelante en un mundo difícil.

Rédigé le Lundi 17 Octobre 2011 à 21:43 | Lu 815 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Lundi 16 Janvier 2017 - 20:54 "Racines", un remake événementiel

Lundi 14 Décembre 2015 - 14:47 Spirita NANDA

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter