Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Jussie NSANA

BUTSIÉLÉ

Jussie Nsana, artiste plasticienne née à Brazzaville, diplômée de l’École nationale des beaux-arts, professeure d’arts plastiques au collège. Fondatrice de l’Espace Nsan’Arts Association pour les enfants et jeunes Congolais. Comme elle-même le dit, Jussie transporte dans son « sac à arts », ses passions les plus artistiques, la BD, la peinture et la vidéo.


Engagée avec la jeunesse, Jussie, avec une générosité hors du commun, transmet son savoir-faire et son amour pour l’art aux enfants et aux jeunes. D’un côté en tant que professeur d’arts plastiques dans une école congolaise et de l’autre elle anime des ateliers d’illustration, de peinture et de bande dessinée dans ses stages artistiques pour les enfants et les jeunes dans son espace Nsan’Arts.
Engagée avec la réalité des femmes africaines, Jussie réalise, en 2012, avec deux autres jeune artistes congolais, une B.D., “Chroniques de Brazzaville”, où elle démontre un étonnant sens de la narration et montre librement la situation qui arrive souvent aux jeunes femmes séduites et abandonnées dans les villes en Afrique.

BIMBAMBOUKILA (les souvenirs), première vidéo de Jussie Nsana pose le problème de la mémoire. Ce film est une manière pour l’artiste de figer le temps et de le conserver dans sa mémoire, selon la critique artistique de Annette Kouamba Matondo. Jussie s’engage cette fois-ci avec le problème de conservation du patrimoine architectural.

Avec TELA (la goutte en lari), en 2013, l’artiste gagne le 1er prix vidéo de la 2ème rencontre internationale d’artistes aux ateliers Sahm, centre d’art contemporain à Brazzaville. D’après le regard critique de Job Olivier, Nsana fait communiquer vidéo et danse, corps humain et éléments physiques. “Tela” est une sorte de “Glo” ou danse de réjouissance. Jussie s’ y engage avec joie.

Maintenant Jussie s’engage avec soi-même dans BUTSIÉLÉ, sa troisième exposition individuelle de peinture. Sa maturité artistique et son parcours lui ont permis de préparer sans peur une série de toiles où ses sentiments, ses rencontres son vécu et tout ce qui l’interpelle dans ce monde prennent forme avec ses pinceaux et ses acryliques.

Elle s’expose encore à la critique après des mois de travail et de réflexion. Elle exprime librement son engagement dans le monde. « Je signe des œuvres qui, d’abord, représentent un autre moi, un nouveau moi, qui longtemps est resté dans la recherche d’une identité. Une identité qui s’affirme avec des œuvres beaucoup plus contemporaines, et l’on peut donc dire « Butielé », c’est l’ éveil !”, nous confie Jussie.

Adriana Alarcon Diaz
Rédigé le Mardi 11 Février 2014 à 16:54 | Lu 1061 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mardi 10 Septembre 2019 - 01:17 Jhonny Hendrix Hinestroza

Jeudi 27 Juin 2019 - 19:50 Jeison Riascos "El Murcy"

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter