Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Juillet Afrocentrique

Dates, Figures, Evénements emblématiques

Nous sommes en l’an 200 après la révolution haïtienne, en l’an 10 après la révolution sud-africaine qui devait terrasser le démoniaque hydre de l’apartheid et ses soutiens occidentaux ; plus de 6000 ans après l’œuvre titanesque nègre d’unification nationale menée par le pharaon Narmer, Haute et Basse Egypte devenant la première plus importante civilisation humaine connue. Ainsi les faits, événements, figures emblématiques ayant un sens primordial pour les Africains du monde tendent-ils, dans un environnement de globalisation centrée sur les références des puissants, à disparaître proprement ou au moins, à être réduits à de courtoises et amovibles annexes.


Rendre au plus grand nombre des petits et des grands une vérité historique, un regard sur soi paisible et émancipé, un fait affectif, renvoie aussi à l’animation du souvenir, au travail de mémoire, à l’intégration dans le quotidien des luttes victorieuses des considérés plus faibles. L’inédit, le non-dit, les éclairs de génie, les inventions et trouvailles, les exploits et faits culturels notables du monde négro-africain devraient de temps à autre revenir nous coudoyer dans nos tribulations. Le mois de juillet offre de s’adonner à cet exercice ludique d’appropriation, de familiarisation et de partage des références fortes produites à travers le temps par les Africains et Afrodescendants, au regard des naissances, des événements fondateurs, et des décès.

Cet exercice par excellence partial et partiel, ne vaut que pour que chacun le prolonge indéfiniment au gré de ses connaissances, échanges, réflexions, prises de position, amours et désamours, centres d’intérêts, filiation, etc.

Naissances

Le mois de juillet aura donné au monde l’immense baobab de la politique mondiale des 20ème et peut-être 21ème siècle, Nelson Mandela «Madiba», 27 ans de prison, né le 18 juillet de l’année 1918. C’est aussi en juillet, le 04 de 1900 que naquit un certain Louis Armstrong, virtuose de la trompette et illustrissime jazzman.

La littérature trouva aussi, en ce mois, d’éminentes arrivées à l’instar d’Alexandre Dumas romancier français très populaire auteur d’environ 250 œuvres et petit-fils d’une esclave, né le 24 juillet 1802. Le prix Nobel de littérature, le nigérian Wole Soyinka, dramaturge, poète et militant pour les libertés humaines voyait le jour un 13 juillet de 1934.

Sans prétendre à l’exhaustivité, on pourra citer le camerounais, poète et musicien décédé Francis Bebey, né le 15 juillet 1929.

Evènements

Juillet est aussi un mois de résistances, de victoires, de progrès humains impulsés par les négro-africains en quête de mieux-être.

Le 03 juillet 1839 une mutinerie éclate dans un bateau négrier, l’Amistad, à l’instigation de l’esclavisé Cinque, cette révolte donnera lieu à un mémorable procès sur la traite négrière et l’esclavage en Amérique.

En 1975, les îles du Cap vert et avec elles Sao Tomé et Principe obtiendront leur «indépendance», respectivement les 05 et 12 juillet.

C’est encore en juillet, le 31 de l’année 1914 que Marcus Garvey fonda la célèbre UNIA -Association Universelle pour l’Amélioration de la condition des Nègres-, elle sera l’organisation nègre la plus importante de tous les temps du point de vue de la mobilisation populaire. Ses publications étaient réputées lues jusque dans des villages africains.

Inventions

Depuis peu la contribution contemporaine des inventeurs noirs au progrès de l’humanité commence à être [re]connue. Le mois de juillet témoigne de cette propension à la créativité scientifique et technique des négro-africains. Ainsi le 14 juillet 1891, J. Stewart dépose le brevet d’invention du Réfrigérateur. Le Frein de Chemin de fer fut, lui, une invention déposée par G.T. Woods le 18 juillet 1905, ce pendant qu’en 1889 W.A. Martin inventait la Serrure un 23 du mois, et que D.H. Williams réussissait pour la première fois une Opération à Cœur Ouvert le 09 juillet 1893. Le dépôt de brevet d’invention du Système de Conditionnement de l’Air fut réalisé le 12 juillet de l’année 1949 par le black inventor F.M. Jones.

Garrett Morgan, génial africain américain, inventeur entre autres choses des feux de route [feu rouge] sauve 30 personnes dans un tunnel grâce aux masques à gaz qu’il avait conçus, ceci se déroule le 25 juillet 1916.

Décès

Parmi les nombreux décédés de juillet on pourra citer le 02 du mois et de l’année 1706, Kimpa Vita, prophétesse Kongolaise et résistante à l’occupation portugaise, brûlée vive avec son bébé à l’instigation des missionnaires européens.

Le 17 du mois voit s’en aller en 1959 à New York, la célébrissime chanteuse de Jazz Billie Holiday alias Lady Day, refermant le parcours d’une jeunesse écorchée vive, marquée au corps par les viols et la prostitution, suivie d’un énorme succès artistique.

Le 21 juillet 1967, officiellement par accident, Albert Luthuli, ancien président de l’ANC et Prix Nobel de la Paix en 1960 tire sa révérence, laissant un précieux legs pour la conquête de la liberté des Africains, un parti organisé, une idéologie de libération nationale non-violente mais non pacifiste.


Ces quelques repères à peine esquissés devraient vous donner des idées de prénoms africains, des idées de café littéraire, ces figures et dates historiques pourraient également thématiser vos soirées, de telle sorte que rentrent dans le quotidien de tous, les héros oubliés et les événements emblématiques occultés.

Une réécoute du Good Book de Satcho Armstrong, de préférence dans un duo avec Billie Holiday se marierait bien avec les lectures et relectures de Wole Soyinka, «La mort et l’écuyer du roi», ou « Myth, Litterature and the African World, 1976». Des arpèges de Francis Bebey au dessus desquels une flûte forestière serpente, un ouvrage bien senti sur les «Inventeurs Noirs» [Exple.:Yves Antoine, Inventeurs et savants noirs, l’Harmattan, 1998], la révolte sur le Amistad ou quelques pages inspirées de l’autobiographie du grand baobab planétaire, Un Long chemin vers La Liberté de Mandela.

On n’hésite pas pour les prénoms, noms et pseudo, entre les Kimpa Vita, Mandela, Cinque, Holiday, etc., activités ludiques de préférence en famille, avec tests et jeux éducatifs, et on se refait une culture de soi se ressemblant un tant soi peu en un délai record ! Une ville, un quartier, un hôpital pourraient s’appeler Ayiti -nom originel de Haïti-, on pourrait parler de Procès de Rivonia comme nom générique des procès truqués contre des causes émancipatrices et justes, à l’instar de celui qui débuta un 11 juillet 1963 et qui condamna Nelson Mandela et ses camarades à la prison à perpétuité.


En bonus une petite lecture conseillée, très digeste et percutante, sympathique au demeurant, belle plongée sous-marine dans l’univers piquant-bouillonnant et au reste pluri-dimensionnel du mouvement Hip Hop US et French [1986-2003]. En exergue, une fois n’est guère coutume, des contextes sociaux, politiques et économiques entourant les différentes vagues et tendances musicales des courants chauds de la variété internationale. La mouture est très vivante, agrémentée de citations, polémiques, etc. Ne cherchez plus, il y a Souffle* [2 volumes, chez Alias etc…, 2003], d’Antoine Wave Garnier.


Sources principales : le calendrier afrocentrique de l’association archive, [www.associationarchive.com]URL:http://www.associationarchive.com ; l’ouvrage culte de David Gakunzi, Mémoire du Monde noir, Editions Charles Léopold Mayer, L’Harmattan, 1998.

* Recommandons vivement pour les amateurs et les curieux, à propos de Souffle et d’Antoine Garnier son auteur, le site internet :
[www.souffle2vie.com]URL:http://www.souffle2vie.com

A.A et Z.B / Afrikara.com
Rédigé le Lundi 2 Août 2004 à 00:00 | Lu 2802 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Vendredi 16 Juillet 2021 - 22:14 Sardoine Mia

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter