Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

José Leonardo Chirino

Un marron précurseur du socialisme ?

BBC Mundo, Caracas

En mai 1795 dans l’ouest du Venezuela, un "zambo(1) libre" a pris la tête d’une insurrection d’esclaves considérée comme le premier mouvement indépendantiste du pays.


José Leonardo Chirino
José Leonardo Chirino
À tel point que lors du bicentenaire de ce soulèvement, José Leonardo Chirino a réussi à "entrer" de façon symbolique dans le Panthéon National à Caracas, aux côtés de Simón Bolívar et des autres Pères de la Patrie.
Aujourd’hui Chirino est l’objet d’un débat politique très actuel au sujet de la construction de ce qu’on appelle le "socialisme bolivarien" impulsé par le président Hugo Chávez, au point que certains le considèrent comme l’un des premiers "socialistes" vénézuéliens.

José Leonardo Chirino était le fils d’un esclave et d’une indienne, raison pour laquelle il jouissait de sa liberté. Il travaillait au service de la famille Tellería de Coro, une ville de la côte ouest du Vénézuela. À cette époque, il voyagea dans le Saint Domingue français, futur Haïti et dans l’île voisine de Curaçao.

Là-bas, il s’informa de la révolution française et des luttes de la population esclave qui allait plus tard obtenir établissement d’une "république noire", en faisant de Haïti le premier pays indépendant de l’Amérique Latine en 1804.

Jugé et démembré

Ce contexte semble avoir influencé la sphère personnelle de Chirino dont l’épouse et les enfants eux étaient esclaves, propriété de propriétaires d’haciendas de la région.
En mai 1795, il lança l’insurrection qui obtint un succès initial en occupant plusieurs haciendas des montages du sud de Coro, mais qui ne put finalement pas s’emparer de la ville.
La supériorité militaire des miliciens de la colonie fut fatale pour les insurgés dont une centaine allaient mourir. Chirino fut emmené à Caracas pour y être jugé. Il fut accusé de trahison au Roi et condamné à mort. Son corps démembré fut exhibé à divers endroits du pays

"Le premier élément de base pour l’insurrection se trouve dans le désir de liberté. Ils voulaient éliminer l’esclavage", a indiqué à BBC Mundo la professeure Fulvia Polanco, présidente de l’Association Culturelle José Leonardo Chirino et membre de la Red Afrovenezolana (Réseau Afrovénézuélien).
Pour Polanco, il y a là des éléments qui expriment le fait que le mouvement était revendicatif dans le cadre social et économique et non une rébellion contre l’autorité du Roi.

"José Leonardo incarne les valeurs de liberté, d’équité, de solidarité, car il ne s’est pas battu pour des intentions personnelles ni personnalistes, il l’a fait pour un collectif", explique la professeure Polanco, qui a expliqué à BBC Mundo la stratégie qui consiste à porter ce message aux enfants à travers du système éducatif.
Selon Polanco, ses valeurs démontrent qu’au "Venezuela, il y a une racine de ce qu’est le socialisme".
D’autres ne pensent pas que ce lien puisse être établi, comme Guillermo de León Calles, chroniqueur, historien et auteur d’une œuvre théâtrale inspirée des événements menés par Chirino.

"Il n’avait pas le temps. Le socialisme utopique autant que le socialisme scientifique appartiennent au 19ème siècle et lui il appartient au 18ème siècle. Je pense qu’il ne pouvait pas être informé sur l’utopie (socialiste), celle de (Henri) de Saint-Simon, ou (Charles) Fourier ou Robert Owen"(2).

Revendication

L’insurrection de Chirino n’est pas seulement une histoire de patrie. Elle sert également aux groupes défendant les droits des afrovénézuéliens dans leur travail de sauvegarde de l’héritage nègre dans la société vénézuélienne.
Une partie de ce travail est en train d’être réalisé dans les écoles, comme l’a indiqué à BBC Mundo Reina Álvarez, du Réseau Afrovénézuéliens et membre de la commission présidentielle qui cherche à éliminer la discrimination raciale dans le système éducatif.
"L’idée est que nos garçons et nos filles n’aient pas honte de la terre qui les a vu naître, qu’ils n’aient pas honte de leur chevelure, qu’ils n’aient pas honte de leur culture ", affirme Álvarez.
Certains sociologues et anthropologues affirment que, du fait de son fort métissage, la société vénézuélienne n’a pas connu de manifestations de discrimination que l’on peut voir dans d’autres pays du continent.

Le concept même de "l’afrovénézuélien" peut s’avérer être un fait nouveau pour de nombreux vénézuéliens, pas très habitués au langage politiquement correct.
"Au jour d’aujourd’hui, on semble continuer de se délester de ses motifs pour lesquels José Leonardo s’est soulevé et que nous voyons de la même façon, mais qui dans leur essence avaient le même fond", répond Reina Álvarez.



Traduit de l’Espagnol par Guy Everard Mbarga






http://news.bbc.co.uk/hi/spanish/specials/2007/esclavitud/newsid_6474000/6474479.stm






1 - Zambo : Métisse fils d’un noir et d’une indienne

2 - José Leonardo Chirino a mené son insurrection dès 1795, et les utopistes socialistes sont nés et morts aux années suivantes : Saint-Simon (1760-1825),

Owen (1771-1858), Fourier (1772-1837). Chacun pourrait juger du commentaire de Guillermo de León Calles.



Guy Mbarga
Rédigé le Lundi 14 Mai 2007 à 17:24 | Lu 1942 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Mardi 16 Juin 2020 - 21:41 Somos Cultura de Resistencia

Mardi 16 Juin 2020 - 21:34 EL QAFF tiene rostro de mujer

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter