Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Jorge Ramírez

Entrevue de l’activiste AfroPéruvien

En plein 21ème siècle, les AfroPéruviens continuent de se battre pour la reconnaissance totale de leur droit à vivre dignement, du respect de leur culture et pour une éducation prenant en compte leur identité. Sur les 28 millions de Péruviens, on estime à seulement 10% le nombre d’Afrodescendants, la plupart d’entre eux vivant sur le long des côtes. Jorge Ramírez, président de l’Association Noire de Défense des Droits Humains ASODEDH, et du Réseau National de la Diaspora Africaine au Pérou a répondu aux questions de la collaboratrice de Noticias Aliadas, Lily Céspedes au sujet du mouvement noir au Pérou.


Jorge Ramírez
Racontez nous l'histoire des organisations AfroPéruvienne? Quand sont-elles apparues et pour quelle(s) raison(s)?

Dès 1950, plusieurs processus organisationnels ont commencé à se développer au Pérou pour lutter contre la discrimination et renforcer notre identité et notre estime de soi. Dans les années 50 et 60, il y a eu quelques expériences hyper importantes. La première d’entre elles fut le groupe Cumananá, dirigé par les frères et sœur Victoria et Nicomedes Santa Cruz. Ils réalisent un immense travail en compilant et en diffusant les contributions culturelles Afro Péruviennes les plus significatives, en utilisant comme moyen de promotion la danse, la musique, le théâtre et le chant noires péruviennes.


Dans les années 60, les Melamodernos naissait, dirigé par l'avocat Juan Tasayco inspiré par les mouvements des droits civils aux États-Unis et qui propose la revendication de nos droits civils et sociaux en tant que citoyens du Pérou. Tasayco était l'un des pionniers dans le développement du sentiment de citoyenneté qui motive de nombreuses organisations Afro_péruviennes de nos jours.

En1972, l'Association Culturelle des Jeunes Noirs (Asociación Cultural de la Juventud Negra ACEJUNEP), fut créé et dont les membres étaient des jeunes des quartiers de Lima. En 1983, émergeait l'Institut de Recherche AfroPéruvien ( Instituto de Investigaciones Afroperuanas - INAPE), qui allait permettre la réalisation d’expériences participative surtout dans les communautés rurales de la côte sud du pays, qui affirmaient leur identité, leur histoire et leurs contributions. Cette conscience de la négritude fut un facteur fondamental dans la formation plus tard des expériences d'organisation autonomes par ces résidents.

En 1986, le Mouvement Noir Francisco Congo qui développa un travail de base allait naitre, avec des expériences de formation pour le développement de petites entreprises et la promotion des femmes afro-Péruvienne. En 1990, le Mouvement Pour les Droits Humains du Noir (Movimiento Pro Derechos Humanos del Negro) aujourd'hui devenu l'Association Noire de Défense et de Promotion des Droits Humains était créé avec pour objectif de contribuer au développement d’une conscience, d’un ordre juridique, du respect des droits fondamentaux des AfroPéruviens et pour combattre le racisme
D'autres sont arrivés plus tard, comme le Centre de Développement de la Femme Noire Péruvienne, l'Association Jeune Mondiale d’Ébène, Cimarrones, Lundu, l'Association Multiethnique pour le Développement Communautaire et social , Le Centre de Développement Ethnique, Fierté Noire, Mama Ine, l'Association pour le Développement des Afro-Chalacos, le Théâtre du Millenium, Femmes Noires et développement, Afro Pastoral et le Mouvement National AfroPéruvien National. (Centro de Desarrollo de la Mujer Negra Peruana, Asociación Juvenil Mundo de Ébano, la Asociación Pluriétnica Impulsora del Desarrollo Comunal y Social, el Centro de Desarrollo Étnico, Orgullo Negro, Asociación para el Desarrollo de los Afro Chalacos, Teatro del Milenio, Mujer Negra y Desarrollo, Pastoral Afro y el Movimiento Nacional Afro Peruano).

Quelles sont les demandes principales du mouvement Afro-Péruvien?

En santé, c'est [la diffusion de] l'information sur l'anémie falciforme en tant que maladie touchant particulièrement les Afrodescendants. Du point de vue de la participation citoyenne, nous demandons une éducation en relation avec la citoyenneté, et en politique, nous recherchons une participation politique inclusive. Nous voulons obtenir le respect de nos droits et bénéficier d'une présence politique importante. De plus, ASONEDH se consacre à la défense en justice dans les cas de manifestations d'attitudes racistes et discriminatoires. Dans ce sens, nous encourageons l’État à lancer des programmes éducatifs comprenant l'élément identitaire et le Congrès de la République d'écrire des lois plus dures contre la discrimination.

Quelles ont été les réalisations du Réseau AfroPéruvien depuis sa création il y a deux ans?

Il a contribué à renforcer le processus de sensibilisation à travers le gouvernement central et les services gouvernementaux aux niveaux local et régional de 9 régions du pays (Ica, Metropolitana Lima, the Lima provincias, Arequipa, Tacna, Huaraz, Callao, Lambayeque et Tacna), étant donné qu'il s'agit de régions dans lesquelles le travail d'ASONEDH s’est concentré, et comme résultat, nous avons la reconnaissance, le soutien et la participation de différentes organisations rurales Afro Péruviennes et des autorités locales.

Le processus de renforcement en exercice citoyen de 50 leaders des organisations rurales AfroPéruviennes pour les transformer en promoteurs de la démocratie et la gouvernance s'est poursuivi.

Nos avons fait la promotion de la participation des femmes à travers l’exercice d’un leadership démocratique et de 40 organisations rurales Afropéruviennes à travers le pays. Nous avons également promu et intégré des jeunes dans les comités de direction de différentes organisations rurales AfroPéruviennes.

Les autorités locales, tels que les maires, les maires adjoints, les conseillers municipaux, les gouverneurs de district, les directeurs d'école et d'autres acteurs sociaux et politiques ont été intégré dans les organisations Afro_Péruviennes de leurs villes et dans le Réseau AfroPéruvien.

Nous avons également encouragé la participation de sept leaders d'organisations communautaires et rurales aux dernières élections municipales complémentaires [en Juillet 2007] en tant que candidats aux postes de maire et de conseillers municipaux, au cours desquelles un membre du Réseau AfroPéruvien a été élu adjoint au Maire dans le district de Malacasi à Piura.

D'autres leaders d'organisations rurales Afro_péruviennes occupent des postes publics dans leurs districts respectifs , comme juges de la paix, gouverneurs, lieutenant gouverneurs et employés municipaux.

Que prenez-vous des organisations Afro-Descendantes de Colombie et de l'Équateur? Avez-vous en projet de travailler ensemble?

Il ya les quotas mis en place pour l'élection de parlementaires AfroColomiens, et les organisations AfroÉquatoriennes qui se sont rassemblées. Nous sommes actuellement en train de travailler à la création d'une Réseau des Organisations Afrodescendantes de la Région des andes.


Traduit de l'Espagnol par Guy everard Mbarga

Guy Mbarga
Rédigé le Mardi 10 Mars 2009 à 02:12 | Lu 1265 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Vendredi 5 Juin 2009 - 16:33 CHILI

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube




Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube