Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

John Houston : le cri du coeur d'un père à sa fille Whitney


John Houston : le cri du coeur d'un père à sa fille Whitney
S'exprimant depuis son lit d'hôpital, où il est traité pour stress, le père de Whitney Houston a lancé un vibrant appel télévisé à sa fille pour régler à l'amiable le différend financier qui les oppose depuis plusieurs semaines. Papa Houston, 82 ans, réclame en effet la bagatelle de 100 millions de dollars à sa fille, affirmant que cette dernière ne lui a jamais rien versé en échange des différents services qu'il lui a rendus : il l'aurait notamment aidé à combattre ses problèmes de drogue et lui aurait permis de décrocher son juteux contrat avec Arista records. Jeudi soir, lors de l'émission Celebrity Justice, John Houston a posé un ultimatum à Whitney : "paie-moi l'argent que tu me dois et je retire ma plainte." Réponse de Whitney : "je veux bien me réconcilier avec mon père mais, jamais je ne débourserai 100 millions de dollars. Ca, je peux vous l'assurer !"

basango
Rédigé le Mercredi 12 Février 2003 à 00:00 | Lu 1203 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Vendredi 11 Février 2011 - 08:52 Halle Berry et Gabriel Aubry

Vendredi 21 Janvier 2011 - 08:40 Tony Parker / Eva Longoria

Kiosque | Ki Kouil Ki







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter