Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Jo-Wilfried Tsonga

Masters de Londres: ultime défi pour Tsonga qui affronte Federer en finale

Jo-Wilfried Tsonga devra relever le défi ultime, battre Roger Federer dans un de ses tournois préférés, le Masters, s'il veut vivre le plus grand jour de sa carrière sportive dimanche à Londres.


Jo-Wilfried Tsonga
Les deux adversaires se sont qualifiés facilement samedi en écartant le Tchèque Tomas Berdych en deux sets 6-3, 7-5 dans le cas du Français et l'Espagnol David Ferrer sur un score quasi identique, 7-5, 6-3, dans celui du Suisse.

Il s'agira du match le plus important de la carrière de Tsonga depuis sa finale de l'Open d'Australie, perdue en 2008 contre Novak Djokovic. Ce pourrait être aussi un grand moment pour le tennis français, qui n'a jamais eu de vainqueur du Masters, Sébastien Grosjean ayant été le plus près de l'exploit lors de sa finale en 2001 contre Lleyton Hewitt.

En cas de victoire, ce match aura aussi une place à part dans le fabuleux parcours de Federer. Le champion helvétique deviendrait l'unique détenteur du record des titres au Masters avec six trophées et doublerait une nouvelle fois son grand rival devant l'histoire, Pete Sampras, comme au nombre de succès en Grand Chelem (16).

S'ils s'étaient assez peu fréquentés depuis l'éclosion du Français au plus haut niveau en 2008, Federer et Tsonga ont pu apprendre à se connaître cette saison: la finale sera leur huitième affrontement de l'année, et leur troisième en trois semaines.

Federer aura les faveurs du pronostic. Non seulement il mène 7 à 3 au total et 5 à 2 cette année, mais les deux derniers duels ont très récemment tourné à son avantage, nettement en finale du tournoi de Paris-Bercy (6-1, 7-6), et plus difficilement dimanche dernier en ouverture du Masters (6-2, 2-6, 6-4).

Mais le Français peut tout de même s'appuyer sur de bons souvenirs pour espérer renverser la tendance. On pense bien sûr au match d'anthologie remporté par Tsonga en juillet dernier en quart de finale de Wimbledon, où il avait remonté un déficit de 2 sets à 0, mais aussi à sa victoire sur dur à Montréal le mois suivant.

Contre Berdych, le N.6 mondial a confirmé la belle impression donnée depuis le début de la semaine, notamment lors de sa victoire sur Rafael Nadal. Solide au service (7 aces), il a été très sobre en fond de court (13 fautes) et efficace lors de ses quelques montées au filet (10 points sur 14) pour remporter un beau succès, même si Berdych, sorti vainqueur de leur seul affrontement précédent, en octobre à Pékin, y a mis du sien en commettant de trop nombreuses erreurs directes (30 au total).

Dans la première manche, le Manceau n'a connu qu'une petite alerte au cinquième jeu, lorsqu'il a dû écarter deux balles de break. Mais il s'est détaché au jeu suivant en prenant l'engagement adverse pour mener 4 à 2.

Dans la deuxième, il a cru faire l'essentiel en prenant le service du Tchèque pour mener 4-3, mais ce dernier est revenu immédiatement et le break décisif n'a eu lieu qu'à 5-5.

Federer, d'ores et déjà assuré de reprendre la troisième place mondiale à Andy Murray, n'a eu aucun mal à battre l'Espagnol David Ferrer 7-5, 6-3 pour la douzième fois en douze matches, dont un en finale du Masters en 2007.

Mais il n'a pas joué un tennis aussi éblouissant que lors de sa victoire éclair sur Rafael Nadal mardi (6-3, 6-0) et a commis beaucoup de fautes directes, surtout dans le premier set. Même s'il s'est aisément tiré d'affaire grâce à sa solidité au service et à son adresse à la volée, le manque de tranchant de ses frappes, s'il se reproduisait dimanche, laisserait un espoir certain à Tsonga.

Source AFP

AFP
Rédigé le Dimanche 27 Novembre 2011 à 09:27 | Lu 494 fois | 0 commentaire(s)


Tags : tennis, tsonga




À lire aussi :
< >

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

Mercredi 30 Décembre 2020 - 12:50 Le roi Moe Makosso IV s'en est allé

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter