Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Jérôme Gazwan Shammas

Bagdad 1991...

Jérôme Gazwan Shammas est né en 1971 à Bagdad. Chrétien assyro-chaldéen,
chimiste de formation et ancien opposant au régime du "raïs", il a précipitamment quitté l'Irak dans des conditions périlleuses. Il vit et travaille actuellement en France, dans les
Alpes-Maritimes.


En 1991, l'opération Tempête du désert, orchestrée par une coalition dirigée par les
États-Unis, bat son plein. L'auteur, âgé de dix-neuf ans, profite du chaos dans lequel sombre
la ville de Bagdad pour s'enfuir. S’en suit un long "voyage pour la survie" qui
le conduira du Moyen-Orient à l'Europe.

Jérôme Shammas a fait "sa guerre d’Irak" en refusant de se soumettre à la
dictature du "raïs" et à la déchéance de son pays. Cet ouvrage, empreint d’émotions et d’humour, relate la bravoure d'un jeune homme considéré comme "traître" par les autorités locales et qui, par sa fuite, a été jusqu'à mettre sa famille en péril. Loin d’être un exercice littéraire, il constitue un témoignage poignant sur les risques pris par de nombreux Irakiens et, plus généralement, par les immigrés clandestins dans l’espoir d’échapper aux régimes dictatoriaux.

Parution : 2 mai 2007
Editeur : Editions de l'Egrégore http://www.editions-egregore.com
Pagination : 215 pages
Format : 13x20,5 cm
Prix : 16,50 euros
ISBN : 978-2-916335-02-5
ISSN : 1778-5642

WILFRID MASSAMBA
Rédigé le Jeudi 15 Mars 2007 à 20:44 | Lu 2829 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Samedi 14 Février 2015 - 15:09 Salon du livre de Paris

Mercredi 28 Mars 2007 - 17:42 Ayavi Lake

Kiosque | Ki Kouil Ki







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter