Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Jazz

Milton Nascimento, la voix d’ange de Minas est de retour

Une des figures majeures de la musique brésilienne contemporaine, le chanteur Milton Nascimento, fait une escale à la Villette pour distiller son sens de l’expérimentation dans un projet mis en place par les frères Belmondo


Milton Nascimento
Milton Nascimento
Dans son bel ouvrage « Pop Tropicale et Révolution », Caetano Veloso ne tarit pas d’éloges sur la qualité musicale du chanteur de Minas Gerais. C’est que Milton Nascimento est, avec Caetano, l’un des chanteurs le plus sophistiqué et créatif du Brésil, et avec Tom Zé, l’un des plus sensibles à l’expérimentation (notamment avec le groupe Uakti).

Milton est aussi le chanteur brésilien qui entretient la plus étroite et fructueuse relation avec le monde du jazz. Depuis l’époque de « Milagre dos Peixes », ce véritable miracle musical, sauvé in extremis de la répression militaire. Pour contourner la censure, Milton dut interpréter ses nouvelles chansons en onomatopées. Cela fit surgir des compositions et des prestations instrumentales remarquables, avec la complicité exaltée de Nana Vasconcelos, Toninho Horta et Wagner Tiso.

Trente ans après, dans son album « Pieta », la cerise sur le gâteau est une étonnante version de Cantalupe Island, aux côtés d’Herbie Hancock et Pat Metheny, qui avaient joué pour lui aussi sur les disques « Miltons », « Angelus » et « Nascimento », avec Jack Dehjonette et Ron Carter. Mais son amitié jazzistique la plus ancienne et profonde est avec Wayne Shorter. En compagnie de cet extraordinaire saxophoniste (Jazz Messengers, Miles Davis, Weather Report), Milton a enregistré le merveilleux album « Native Dancer », puis « Milton » et « A Barca dos Amantes », et réalisé diverses tournées en Europe et aux États-Unis.

Cette fois, dans le cadre d’une carte blanche consacrée à Wayne Shorter au Festival de jazz de La Villette, Nascimento sera l’invité d’un projet spécial préparé par les Belmondo Brothers avec l’Orchestre National d’Ile de France. Un format jazz et symphonique familiale à Milton, qui a souvent joué avec l’Orquesta de Jazz Sinfonico, orchestres philharmoniques et divers orchestres de cordes brésiliennes.

Source vibrations

Site de l'artiste

Par FRANCISCO CRUZ
Rédigé le Vendredi 28 Décembre 2007 à 18:14 | Lu 1482 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Mardi 25 Octobre 2016 - 17:28 Série. “Atlanta” :

Vendredi 8 Avril 2016 - 18:11 Driss Homet

Sous le manguier | Mots d'ailleurs | Tout converge









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter