Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Jazz

Jass

Ce 18 mars1913 est apparu dans la presse un mot étrange, un mot bizzare. Il est l’objet de controverses. Personne ne l’écrit de la meme façon.
Certains l’orthographient jass, d’aures jazz. Les uns soutiennent que le jazz c’est la plus belle invention musicale du siècle. Les autres abhorrent cette musique” dégingandée “ et “ satanique “.
La société policée, disent ils, se doit de mettre un point d’honneur à l’interdire car elle risque de pervertir la jeunesse.


Louis Armstrong
Louis Armstrong
Tout a commencé avec les bongos du Congo
Et ça a continué avec les saxos à Chicago ou la musique noire s’est retrouvée dans le sang la sueur et le labour
Les pieds se sont mis à bouger sur le tempo pour garder leur fierté les noirs chantaient ainsi il eut
Scott josplin et ses ragtimes
Bessie Smith et le Blues de st. Louis
C’était une musique cool pour les oreilles
bonne pour le corps
bonne pour l’ame
bonne pour s’aimer
Et de ce groove qui voyagea par le train vint un nouveau style à Chicago
Satchmo soufflait dans la trompette
Dans les années quarante est arrivé le be bop
to be bop or not to be
telle était la question
Dizzy et Bird
jouaient avec férocité et vélocité
ils disaient comment le beat devaient sonner
Monk au doigté mélodieux était là
mais sa condition était celle d’une obscure étoile qui brillait dans un monde d’obscurité les critiques l’ont saqué mais il sonnait o.k.
Ils étaient là aussi
Mingus l’homme aux doigts lestes lâchant la basse partout ou il passait,
Max Roach la batterie en furie les snares drums qui rockent
il restructura la métaphysique du jazz
Coltrane en homme suprême c’était la crème
Un homme avec de la sagesse et le feeling de l’afro blue
une promesse jamais tenue mais il a fait avancer la musique à pas de géant
Coleman un autre soulman
Coleman l’homme invisible
Il faisait de la grande musique bizzare que les banquiers n’ y aient pas vu d’interêt
Sonny Rolling ténor saxo
qui soufflait si juste et récitait des poèmes dont les notes étaient des mots
Vint Miles
il joua cool et porta le jazz des milliers de miles en avant
Aujourd’hui encore le jazz cet art illégal inventé par des rebelles continue de travailler à l’émancipation des êtres de la planète terre.

David Gakunzi
Rédigé le Mardi 21 Janvier 2003 à 00:00 | Lu 1232 commentaire(s)


Tags : jazz



À lire aussi :
< >

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter