Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Janete Rocha Pietá

“Doit-on promouvoir l'égalité raciale ?”

La société brésilienne présente des niveaux d'inégalités raciales que même le moins prudent des analystes n'osent contester car c'est un fait solidement affirmé dans les études des institutions nationales et internationales avec des bases de données officielles. Une profusion de données et d'études pouvant être citées existent. Peut-être le plus parlant parmi elles actuellement est le rapport publié en janvier 2008 par l'UNICEF qui indiquait que “les enfants sont particulièrement vulnérables aux violations des droits, à la pauvreté et à l'iniquité dans le Pays.


Les enfants noirs, par exemple ont presque 70% plus de chances de vivre dans la pauvreté que les que les enfants blancs; le même phénomène peut être observé pour les enfants vivant dans les zones rurales” (Situação Mundial da Infância 2008 – Caderno Brasil. UNICEF; Brasília, 2008, p. 9). Ces données représentent un cadre grave, puisque l'on sait que les conditions de pauvreté et d'exclusion dans l'enfance suggèrent des difficultés pendant toute la vie des individus.

Le diagnostic sur l'origine de cette situation trouve un consensus raisonnable : l'héritage de 300 années d'esclavage ; l'échec des politiques publiques universalistes qui opèrent, dans la pratique, en contradiction avec l'idéal selon lequel tout le monde doit être traité de la même manière. Cependant, les stratégies et les mesures qui doivent être adoptées – même si quelque chose doit être fait – pour combattre les inégalités raciales sont loin de trouver un consensus. Les politiques d'actions affirmatives, parmi lesquelles les fameux quotas provoquent un vif débat dans la société. La recherche de la reconnaissance des terres occupées par les communautés quilombolas depuis des siècles est également source de polémique et de conflits.

Cela est bien naturel. Peu de temps après la fin de l'esclavage, alors que l'État se lançait dans un projet de blanchissement de la population par l'encouragement de l'immigration de groupes ethniquement désirables, les intellectuels ont consacrés nos relations raciales comme étant harmonieuses. C'est ainsi qu'allait naitre le mythe de la démocratie raciale selon laquelle nous serions une société bénite bénie par l'absence totale de préjugé et de pratiques discriminatoires, dans laquelle les gens seraient également totalement intégrés les uns aux autres.

Ayant vécu dans une société avec un tel idéal, je répète qu'il est naturel il est naturel que beaucoup de personnes rejettent l'adoption des politiques publiques de promotion de l'égalité raciale. Même les faiseurs d'opinion, comme l'espace que constituent les milieux de communications, autant produits de notre société que toute autre personne, ignorent complètement le processus historiques et les évidences contemporaines. Ils vont même jusqu'à qualifier toute initiative de promotion de l'égalité raciale d’étrangère et d’inappropriée, en disqualifiant ceux qui la proposent. En réalité, il est compréhensible que de leur place de privilégié et disposant du confort social certaines personnes défendent les conditions qui génèrent de telles situations.

Cependant, les politiques publiques de promotion de l'égalité raciale sont arrivées pour rester. Il n'est plus possible de camoufler les contradictions de notre société et ses inégalités sous le voile d'une supposée harmonie qui ne sert qu'à nier à des millions d'hommes et de femmes l'accès aux biens et services sociaux qui doivent être à la portée de tous.

Traduit du Portugais par Guy Everard Mbarga


Guy Mbarga
Rédigé le Dimanche 25 Mai 2008 à 00:22 | Lu 2460 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mardi 16 Juin 2020 - 21:41 Somos Cultura de Resistencia

Mardi 16 Juin 2020 - 21:34 EL QAFF tiene rostro de mujer

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter