Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Jah Thiano, une musique engagée

Jah Thiano, leader du group de Reggae Makeda est un des meilleurs représentants de la culture Rastafari à Pointe Noire. Pour lui la Rastafari demande une forte spiritualité et un vrai engagement pour lutter contre les injustices sociales et défendre les droits de l’homme. « C’est pour cela que les gens ne se rapprochent pas du mouvement Rasta, ni ne suivent en masse nos concerts, parce que nous ne nous cachons pas et nous n’avons pas peur », dit Thiano.


Jah Thiano, une musique engagée

Pour Jah Thiano, Brazzavillois de 31 ans résident à Pointe-Noire tout a commencé en 2003 quand il écoute pour la première fois une des chansons de Marley. Il était à la tête d’une formation de rap, où les messages des chansons étaient plus de type amoureux. La découverte du reggae l’a plongé dans la philosophie Rastafari et il se montre aujourd’hui plus revendicatif.
 
En 2004 Thiano crée le groupe Makeda et il se consacre entièrement à la musique Reggae. « Quand les gens m’entendent chanter le reggae, ils me demandent si je viens d’Afrique de l’Ouest, parce qu’ils ne sont pas habitués à voir un Congolais faire ce style de musique; et cela me touche vraiment». À Pointe-Noire il y a plus de 10 groupes de reggae et ils ne sont pas toujours sérieux. À Brazza il y a plus de formations, mais ils n’organisent pas de concerts, donc le message qu’ils veulent transmettre se perd. D’après Thiano, ces derniers temps les Medias sont en train de sortir de leur anonymat les groupes de Reggae, mais malgré ce fait, il y a beaucoup de personnes qui refusent de travailler avec eux par d’éventuelles représailles.
 
Autre fait qui favorise la mauvais réputation des rastas au Congo, c’est la croyance que ses adeptes portent des habits sales. « Quand les gens nous voient avec des locks, ils imaginent trop choses dans leurs têtes ; mais un rastafari ne doit pas avoir forcement des rastas. Ce qui identifie vraiment un rasta man c’est son esprit, son cœur et son positivisme. Moi même, je ne fume pas et je ne bois pas, je ne l’ai jamais fait ».
 
« La Voix du Silence » est le nom du dernier spectacle du groupe Makeda, qui aimerait représenter avec ses chansons tous ceux que, pour diverses raisons, ne peuvent pas s’exprimer librement ; « mais les jeunes doivent se réveiller. Ils sont obligés de revendiquer. Tant que la corruption ne sera pas punie au Congo, il n’y aura pas une réelle réconciliation dans ce pays» commente le leader de la formation.
 
Jah Thiano voudrait aussi faire parvenir son message positif aux enfants des orphelinats de Pointe-Noire. Pour cela, il est en train d’organiser des concerts pour que ces enfants puissent aussi se débarrasser de la peur et hurler pour défendre leurs droits.

Rédigé le Mercredi 26 Juin 2013 à 18:44 | Lu 663 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Jeudi 26 Août 2021 - 18:12 Dulcie September

Vendredi 16 Juillet 2021 - 22:14 Sardoine Mia

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter