Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Jackson BABINGUI

BIZALELI

Auteur, compositeur et interprète Jackson Babingui s’amuse à éveiller plusieurs gammes de sonorités et d’émotions. Son chant parfois théâtral sait absorber l’ironie nécessaire, pour traduire toute l’amertume d’une existence dans une France terre de mal accueil.


"WA"

Jackson BABINGUI © Kobbe Andrew
Jackson BABINGUI © Kobbe Andrew
Parce qu’il cultive une certaine douceur de vivre, distille ces mots avec parcimonie et délicatesse. Avec la même prévenance dont il ferait preuve pour cueillir des notes de musique, qu’il sèmerait sur une partition musicale. Ces notes de musique qu’il veille à emporter soigneusement dans son écrin, lorsqu’il prend un aller simple Brazzaville Paris.
« Wa » signifie « Écoute » en Kikongo, la langue maternelle de Jackson Babingui. Profondément attaché à ses racines africaines, il invite à partager un espace de dialogue, le mbongui, une tradition millénaire chez les Kongos.

Prêtons alors une oreille attentive aux dix titres de ce premier album, pour suivre le parcours non balisé de ce congolais. A la manière d’un conteur empreint de sagesse, le chanteur relate ses aventures et le timbre de sa voix traverse alors des zones d’accalmies. Parfois pour relever des préoccupations tumultueuses, elle n’hésite pas à emprunter des inflexions proches du cantique.
Jackson Babingui livre une ode illuminée, rythmée par l’afflux de notes gospel : on reconnaît aisément la parenté avec les palata singers.

Paris Brazzaville. Une odyssée mémorable tout de même, un formidable détonateur pour mieux esquisser les contours de son identité. Sa guitare sous le bras, à coup de décibels, il offre une mélodie douce pour clamer sa satisfaction.
Jackson Babingui un nouveau nom dans le monde de la musique qui offre une nouvelle dimension à la créativité africaine.

Huguette MALAMBA
Rédigé le Mercredi 30 Juillet 2014 à 12:28 | Lu 641 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Vendredi 26 Mars 2021 - 19:59 Fiston MAKETA

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter