Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

JAZZ

Archie Shepp & Chuck D dans le Groovodrome!

Archie Shepp et Chuck D font sauter les générations au festival Sons D’Hiver


Archie Shepp & Chuck D
Archie Shepp & Chuck D
En 2007, Archie Shepp avait rejoint Public Enemy sur scène lors de leur date parisienne. A l’issue du concert, Chuck D, le leader du crew de Long Island, avait enregistré sa voix sur un titre du nouvel album du saxophoniste à chapeau. De fil en aiguille, les deux hommes ont décidé de tenter l’aventure scénique en commun. Ce Archie Shepp / Chuck D. Project était l’un des clous du festival Sons D’Hiver qui a lieu en ce moment en région parisienne. Complet depuis plusieurs jours, le concert a prouvé l’éternelle jeunesse de «Uncle Archie», comme l’appelle affectueusement Chuck D. Entouré d’une bonne dizaine de musiciens, les deux hommes ont revisité leur répertoire respectif en le conjuguant à tous les modes de la Great Black Music (rap, free jazz, soul, funk, blues et même vibrations caribéennes sur le finale de la reprise de Coltrane).

Archie Shepp a beau avoir soixante-dix ans et Chuck D approcher la cinquantaine, leur musique tient toujours en joue les jambes du public, au grand dam des spectateurs assis en bas des gradins qui avaient alors une vue imprenable… sur les popotins remuants des danseurs de la fosse! Deux artistes résolument tournés vers l’avenir comme en témoignent leurs invités: les jeunes rappeurs français Rocé et Vicelow (Saïan Supa Crew), ainsi que Napoleon Maddox (rappeur/beatboxer du groupe Iswhat?!). Trois générations d’hommes sur scène, et au moins autant de couleurs. Chuck D donna d’ailleurs le ton de la soirée: «La musique et les arts rapprochent les gens. A l’inverse des gouvernements.» Deux grands messieurs de la musique. Deux grands messieurs tout court.

Kalcha / VIBRATIONS
Rédigé le Jeudi 14 Février 2008 à 00:50 | Lu 1787 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter