Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

J'ai rêvé d'une entreprise « 4 étoiles »

Hem'sey Mina


J'ai rêvé d'une entreprise « 4 étoiles »
Jeune diplômé d'école supérieure de commerce, habitué à participer aux actions associatives en faveur de l'éducation des jeunes de l'Île-de-France, Hem'sey Mina sort son premier livre. S'appuyant sur une observation réaliste de la vie quotidienne, l'auteur évoque dans ce récit romancé les parcours de jeunes auditeurs financiers. À savoir, l'insouciance d'une jeunesse en rupture avec les anciennes générations, une jeunesse en quête de rêves qui lui sont propres.
D'une écriture ponctuée de citations, de proverbes et de poèmes, Hem'sey Mina livre l'état d'esprit des jeunes venus de l'Afrique pour immigrer vers un pays imaginaire. Les trente-trois chapitres de son récit relatent des séquences de vie « crues » de personnages truculents sur des thèmes comme le bonheur, l'ennui, la dépression et l'accomplissement.
On y découvre l’histoire d’un jeune cadre, Eden, face à ses tourments ; lui qui s'était donné pour objectif de réussir dans la vie grâce aux études, a obtenu, très jeune, ce dont il rêvait : des diplômes, un emploi respectable et de l'argent. Accompagné de ses camarades, il va connaître l'euphorie de l'expatriation et du statut social. Cependant, une série d'événements, aussi drôlement tristes les uns que les autres, vont bouleverser la vie de ce petit groupe et remettre en question leurs choix.
À tous les jeunes du monde de sa génération, l'auteur livre ses conseils : « jeune homme, jeune femme, si tu chavires, ne méprise pas ta jeunesse et va au bout de tes rêves ». « Ne vis pas une vie qui n'est pas la tienne », recommande-t-il à ses lecteurs.

Éditions l'Harmattan
220 pages
ISBN : 978-2-343-04980-9

En vente à la librairie Basango
Pointe-Noire

En vente à la Librairie galerie Congo
23, rue Vaneau 75007 Paris
Métro ligne 13 / station Saint-François Xavier


Source ADIAC

Marie Alfred Ngoma
Rédigé le Jeudi 9 Avril 2015 à 14:54 | Lu 1057 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 01:45 Hem' sey Mina

Lundi 9 Juillet 2018 - 23:24 Seun Kuti

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter