Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Il y a trois décennies, Lucien Malabry écrivait ceci :

LA LETTRE DE L’EUROPE

Bloquée, corsetée, morcelée, parcellisée, hachée, l’Europe s’éteignait doucement dans une lente et morbide agonie jusqu’au jour, où elle a découvert qu’au-delà des haines ancestrales, des héritages de violence, l’Avenir, son avenir, lui commandait d’unir ses forces dans une gigantesque lutte pour la vie.


Aujourd’hui,

expression africaine
expression africaine
L’ Europe, elle aussi, vit sa seconde décennie ; elle fait l’apprentissage de l’âge adulte, elle devient raisonnable et intelligente pour être forte, forte pour construire la paix de ses habitants, et non plus leur préparer la guerre. Adieu César ! Adieu Charlemagne ! Adieu Napoléon ¨Adieu Hitler ! Adieu Mussolini ! faux grands hommes, monstres de feu, de fer et de sang, dont les histoires officielles se refusent à reconnaître les crimes parce qu’il fallait bien “ éduquer les jeunes générations “.

Alors, pendant des siècles et des siècles, on a fait du Rhin une frontière alors qu’il était la grande voie de communication naturelle qu’on découvre aujourd’hui.
Pendant des siècles, on a dressé des frontières et des cartes politiques : la France rose, l’Italie bleue, la Belgique jaune, l’Allemagne verte comme si le sang qui coule dans nos veines n’était pas du même rouge. Dans les champs de blé Beauce ou de Prusse, rouge sont les coquelicots.

La frontière, c’est une stupidité, une création, une hérésie qu’on est obligé de matérialiser par une barrière sur les routes et un pointillé sur les cartes pour que le voyageur en prenne conscience.
Mais la frontière, c’est aussi la limite territoriale à laquelle des hommes manifestent leur désir de vivre ensemble, sous certaines lois. Elle doit donc permettre à tous ceux qui le désirent de choisir librement de vivre sous certaines lois que sous d’autres.

Elle peut être la limite légitime entre plusieurs conceptions politiques pour atteindre le bonheur, mais elle ne doit jamais être un carcan, ou une camisole qu’on fait enfiler de force.
L’Europe, aujourd’hui, a enfin compris le remède qu’il fallait infliger à son grand corps désarticulé ; elle a compris que tous ceux qui l’habitaient voulaient et devaient être des Européens.

L’extraordinaire est que la marche vers l’unité soit née et passe par l’économie. C’est peut-être sordide, mais c’est ainsi, l’union des hommes naît plus souvent de leurs communauté d’intérêts, que de l’élaboration de grands principes politiques.

C’est par le charbon, l’acier et l’énergie nucléaire que l’Europe est partie, c’est par la pomme de terre, le blé, la monnaie qu’elle continue, c’est par les fusions d’entreprises, les services gérés en commun lignes aériennes, ferroviaires, maritimes, postales...) qu’elle s’épanouira.



LA JEUNESSE DE L’AFRIQUE EST SON ATOUT MAîTRE

illustration africaine
illustration africaine
Faire l’Afrique est identique : ça ne signifie pas défaire les pays, mais permettre à chacun de mieux exprimer ses possibilités pour le bonheur de tous. En y regardant de près, une mosaïque n’est que la juxtaposition de petits carrés de couleurs différentes, et pourtant, avec un peu de recul, chaque petit carré participe à la beauté de l’ensemble.

Les nouveaux États africains qui ont hérité des frontières “ coloniales “ doivent veiller à l’écueil. C’est pour éviter que l’effort de construction de nouveaux États ne débouche sur l’égoïsme, la dispersion des énergies, la perte de substance, qu’il convient, dès aujourd’hui, de se soumettre aux lois de l’économie, qui coïncide en l’espèce, si parfaitement avec celles de la raison et de la logique.

Les États se gouvernent de nos jours comme de grosses entreprises : la démagogie délirante cède la place à la gestion technique éclairée. L’Afrique est une énorme machine potentielle qui doit puiser sa force dans l’union de force multiples et éparses. Parce que certains fardeaux sont trop lourds à porter seul, parce que certaines tâches préparatoires au développement excèdent les ressources d’un État, la marche des États africains vers la collaboration économique est phénomène irréversible.

Il nécessite, certes une prise de conscience très poussée, il commande d’adopter un réflexe africain. La tâche n’est pas facile, car il est plus aisé de construire une route ou un port qu’une mentalité. Mais ici, la jeunesse de l’Afrique indépendante est son atout maître : parce que ses élites apprennent très vite à retenir les leçons de l’histoire des autres, la grande mutation est possible.
Le seul obstacle pourrait être dans les esprits, mais si on sait que si les corps peuvent être esclaves, l’esprit libre est toujours triomphant...ce qui fait de nous hommes. Et la première richesse d’un pays, son premier capital, c’est l’homme.

( Avril 1971, Décennie 2 : Magazine illustré...
Rédigé le Jeudi 1 Janvier 2004 à 00:00 | Lu 2959 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Vendredi 16 Juillet 2021 - 22:14 Sardoine Mia

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter