Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

HISTOIRE DE KANI...

Synopsis d' un documentaire réalisé par W.Massamba

A village is a named place: every village has its own name. Moreover, the name gives the felling of belonging to the village. The inhabitants of a village are siblings. The name of a village follows for ever their inhabitants. This name also is a strength which allows the entry to the ethic and solidarity of the humans. People live in a village because of its human condition, it means they are living in the proximity of other people.


Version Anglais

A village is a named place: every village has its own name. Moreover, the name gives the felling of belonging to the village. The inhabitants of a village are siblings. The name of a village follows for ever their inhabitants. This name also is a strength which allows the entry to the ethic and solidarity of the humans. People live in a village because of its human condition, it means they are living in the proximity of other people.

As a named place, a village is also a vital place. The birth, work, ancestor’s memory, education and relations between elderly and young people, happen in the village.

Kani, who has the jurisdiction over several villages, is called mwene. This name goes together with the name of the region which is under his jurisdiction. Such a group of villages organized under the same recognized political authority, it constitutes the “land” (terre). The mbosi community is the ensemble of all the “lands” (terres).

Kani is the chief, the moral, juridic and political guide of the country where he uses his power and rights that come as inheritance from the uncle to the nephew or from the father to the son.

The “conseil des notables” only has meetings for the issues are concerned in several villages and jurisdictions depending on differents judges. This council, also can meet in order to discuss about complex issues which need the competence and knowledge of more than one Kani. He has the mission of protect and get better the moral and material welfare.

Several lands which come from each other, could be reunited under the same jurisdiction by just one Kani. This is the case of Okani ma Oba, the “seigneurie” of Oba.
" Introduction to the knowledge of the Congo people "

Un village est un espace nommé : chaque village a son nom. De ce nom vient le sentiment d’appartenir à un village. Les habitants d’un même village sont tous des frères. Le nom d’un village accompagne pour ainsi dire l’existence de chacun des ses habitants. Le nom d’un village est une force, une force qui ouvre à l’éthique, à la solidarité des hommes : l’homme habite un village en tant qu’homme, c’est à dire dans la proximité d’autres hommes.


Espace nommé, le village est aussi un espace vital. La naissance, le travail, le souvenir des ancêtres, l’éducation, les rapports entre les vieux et les jeunes, ont pour lieu stable le village.

Le Kani qui a plusieurs villages sous sa juridiction directe ou indirecte est appelé mwene. Ce titre est suivi du nom de la région qui tombe ainsi sous sa juridiction.

Un tel rassemblement de villages regroupés sous une même autorité politique reconnue constitue la “terre” . La communauté mbosi est précisément l’ensemble de toutes les “terres” .

Le Kani est le chef, le guide moral, juridique et politique du pays sur lequel s’étendent et s’exercent ses droits et pouvoirs qui sont en principe héréditaires d’oncle à neveu ou de père en fils.

Le conseil des notables ne se réunit que pour les affaires concernant plusieurs terres à la fois, plusieurs juridictions relevant de différents juges. Ce conseil peut aussi se réunir pour des affaires très complexes, exigeant la compétence et la science de plus d’un Kani.

Le Kani a pour mission de protéger et de faire accroître le bien être, tant matériel que moral. Plusieurs terres, nées les unes des autres, pouvaient se regrouper sous la juridiction d’un seul et même Kani. Tel est le cas de Okani ma Oba, la “seigneurie” de Oba.

Théophile OBENGA
Rédigé le Mercredi 5 Février 2003 à 00:00 | Lu 866 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 22:52 WANURI KAHIU

Lundi 29 Juin 2009 - 00:29 MAÎTRE GOTÈNE

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter