Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

HABIB MARIUS NGUIE

UNE ETOILE LITTERAIRE QUI S’ANNONCE

Le 25 janvier 2008 restera une date mémorable pour Habib Marius NGUIE avec la publication de son premier roman intitulé l’insolite aux éditions edilivre.
Ce roman de 117 pages relate avec humour et ironie le portrait sombre d’un Etat cosmopolite au carrefour des cinq continents.


l’insolite
l’insolite
Dans cet Etat imaginaire, le peuple, perpétuellement à la recherche du bonheur, combat les dictatures. Les dictatures qui ne favorisent pas le développement du pays. Face à cette manie de diriger il naît une conscience politique.
On peut s’en rendre compte à la page 30 lorsqu il dit : quand un peuple commence à se réconcilier, c’est qu’il se prépare une renaissance politique.

Naturellement il faut s’attendre à des telles conceptions. Un ventre affamé n’a point d’oreilles dit –on. Habib Marius Nguié parle d’un peuple martyrisé, voué aux abois par les hommes politiques. Le lecteur peut le découvrir à la page 60 : « aujourd’hui la vie me parait comme une montagne de fange. Aujourd’hui la vie me parait dure comme pierre, laide comme une éclaboussure. Aujourd’hui la vie me donne la nausée… »

Pour Frank Mapangou : Habib Marius Nguié est une étoile littéraire de valeur qui monte. Ces écrits et son style s’apparentent à Sony Labou Tansi.

Le Sony ? Oui, ce lecteur a bien su le déceler. On retrouve Sony tout au long du texte avec des phrases crues sans pudeur. Le sexe et l’amour s’ y retrouvent. C’est peut être une façon pour lui de démystifier ces objets. Après tout ça fait partie inhérente de la vie d’un homme. Et un sage Kamba avait dit : lorsqu’une personne te précède sur une piste, elle enlèvera la rosée pour toi. Sony a été une étoile, non il est une étoile qui mérite d’être constamment regardée.

Doté d’une écriture souple mais agaçante, Habib Marius Nguié donne de la voie en peignant avec munitie ce que j’appelle par les lâchetés des hommes politiques. Et les congolais se retrouvent dans ces textes. Tout comme d’ailleurs d’autres peuples. Car on n’écrit pas que pour les siens, mais on écrit pour tout le monde.

Packous koudissa, après avoir commencé de lire ce roman, a tout de go réagit en disant que Habib Marius Nguié parle de X, mais à la fin de sa lecture, il dira que j’y ai retrouvé aussi Z.

Est-ce du désenchantement national? Non Habib Marius a dit son cœur. Répondant à mes inquiétudes face à la critique après la publication de mon roman : les larmes du coeur, Habib Marius me dira : La plus grande qualité d'un écrivain à mon avis c'est l'entêtement. Il faut toujours poursuivre ton métier entre le bruit de la foule et le brouhaha de la doxa.

Né le 05 Août 1980 au Congo, Habib Marius Nguié écrit depuis l’âge de 16 ans. Il étudie actuellement les Sciences Economiques à l’université de Paris 11. L’INSOLITE est son premier roman. Mais il a encore d’autres manuscrits qui attendent d’être publiés.

De Genséric Fresnel BONGOL TSIMBA
correspondant permanent de basango.com au Congo







De Genseric Fresnel TSYMBHAT-BONGAUL
Rédigé le Mercredi 9 Juillet 2008 à 10:50 | Lu 3943 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 22:52 WANURI KAHIU

Lundi 29 Juin 2009 - 00:29 MAÎTRE GOTÈNE

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter