Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Green business

Impulsion d’une politique ambitieuse

Lors de la troisième édition Forum Green Business qui avait eu lieu du 8 au 10 Mai 2012 à Pointe-Noire, les participants, notamment les chefs d’entreprises avaient planché sur la manière de tirer profit des opportunités de croissance et de lutte contre la pauvreté que recèle l’économie verte. La mise en place d’un réseau des entreprises d’Afrique Centrale en Economie Verte (REACEV) est le principal résultat de ce Forum. La Conférence de RIO+20 a été une occasion propice de présenter les grandes lignes du Forum de Pointe-Noire aux décideurs politiques de la planète, en vue de l’essor de l’entreprenariat dans le cadre du développement durable en Afrique Centrale.


Pointe-Noire
Pointe-Noire
La rencontre de Pointe-Noire a consacré l’institutionnalisation de ce Forum eu égard à son caractère incontournable et référencé par la chambre de commerce d’Industrie, d’Agriculture et des Métiers de Pointe-Noire, et la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale qui en furent les coorganisateurs. Spécifiquement, il s’est agit lors de ce forum, de présenter et valider l’étude de faisabilité sur le développement de l’économie verte en Afrique Centrale, de présenter les opportunités de green business dans la sous-région et de mutualiser les expériences et développer les partenariats en vue d’accroitre les éco-industries, et enfin, saisir les opportunités financières du mécanisme de développement propre.
A l’issu des discussions et des échanges, les participants ont marqué leurs adhésions sur le plan institutionnel de promouvoir l’économie verte en Afrique Centrale, à travers un Réseau des Entreprises de l’Afrique Centrale pour l’Economie Verte (REACEV) qui se présente comme un outil stratégique en la matière. La structuration d’un réseau des entreprises de l’économie verte (REACEV) parait donc comme le principal résultat de ce forum. La Chambre de commerce de Pointe Noire abrite donc la permanence de ce réseau animé par M. Sylvestre Didier Mavouenzela . Le REACEV bénéficie du soutien de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale.
En effet, avant la fin de l’année 2012, un protocole d’accord sera signé entre la Chambre de commerce de Pointe-Noire (initiatrice de ce Forum), les états de la sous-région et la CEEAC, afin que le forum devienne un instrument de promotion de l’économie verte. De ce fait, il sera inscrit chaque année au budget de la CEEAC. Déjà ce Forum a été institutionnalisé à Pointe-Noire. Sur le plan opérationnel, il s’est dégagé la nécessité de mettre en œuvre des programmes et projets sous régionaux concrets à haut impact socioéconomique et écologique. Avec l’espoir de parvenir au développement économique des états et des entreprises, et au-delà, l’amélioration des conditions de vie des populations.
Enfin, sur le plan financier, il s’est agit de ‘’concilier les mécanismes de financement anciens avec les instruments financiers novateurs pour parvenir à soutenir les activités de renforcement de capacités des entreprises impliquées dans l’économie verte’’ note le rapport final du Green Business édition III.
Mais tout cela risquerait de ne s’arrêter qu’au verbe s’il n’y a aucune concrétisation en actions réelles. C’est ainsi qu’un mécanisme de suivi a été mis en place pour la mise en œuvre des résultats de ce Forum, sous la coordination de M. Sylvestre Didier Mavouenzela, Président de la Chambre de Commerce d’Industrie, d’Agriculture et des Métiers de Pointe-Noire.
Au nom donc du Forum Green Business d’Afrique Centrale, M. Sylvestre Didier Mavouenzela a participé à la Conférence de Rio+20 où il a présenté la réflexion des participants à la troisième édition du Green Business à Pointe-Noire. Malgré les résultats mitigés de Rio+20, notamment le peu d’intérêt manifesté par les grandes nations pollueurs, l’occasion a tout de même été propice pour les états d’Afrique Centrale de faire de la voix pour faire entendre leurs points de vue sur les questions d’environnement et de développement durable en général.

La troisième édition du Forum Green Business d’Afrique Centrale a permis aux participants de découvrir dans les stands et dans les exposés, des cas concrets d’application en matière d’économie verte. Par exemples :
- L’encadrement des populations rurales dans le commerce des produits forestiers non-ligneux,
- Le concept de développement durable en matière de construction de l’habitat,
- La valorisation des oléagineux sauvages,
- Les éco-sites touristiques et leur mise en valeur
- La valorisation des déchets urbains et industriels
- La mise en valeur des ressources végétales d’Afrique Centrale en matière de santé, beauté, diététique, etc.
En définitive, le Forum Green Business de Pointe-Noire a permis d’identifier une panoplie d’opportunités d’affaires en matière d’économie verte susceptibles d’être développées en Afrique Centrale.

Par Jean Banzouzi Malonga
Rédigé le Mardi 8 Janvier 2013 à 12:03 | Lu 802 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 9 Décembre 2015 - 11:09 Sandy Mayetela

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter