Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Gianfranco FASSERA

Un autre regard

Né à Milan un 24 avril, Gianfranco a commencé à faire des photos dès l’âge de 8 ans. Après avoir obtenu son diplôme d’ingénieur en électronique, il commence a travaillé dans les télécommunications. En 1993 il rentre dans le monde du pétrole et du gaz chez AGIP Recherche (ENI).


© Gianfranco FASSERA
© Gianfranco FASSERA
La vie, l’expérience de la vie et les voyages sont des inspirations pour l’écriture et pour la photographie.
La chose fondamentale pour un photographe ou un écrivain est l’intention de transmettre des émotions à travers des images ou des écrits. Le photographe capte l’instant présent, l’émotion qu’il ressent au moment de prendre la photo sera forcément différente de l’émotion que produira cette photo sur le spectateur.

Le Congo m’a fait vivre des moments extraordinaires, j’ai cherché à restituer un peu de cette beauté que mes yeux ont pu voir, des évènements qui ont rempli mon âme et mon cœur et que jamais je n’oublierai.

Le Congo est une carte postale, le sourire des enfants et des personnes rencontrer dans les villes et villages que j’ai visité m’ont profondément touché, la flore et la faune sont d’une beauté sans pareil.

Cette exposition vente me tient particulièrement à cœur, pouvoir aider l’association «Casa del Cuore-Amici del Congo» qui vient en aide aux enfants défavorisés du département de la Bouenza plus exactement dans le district de Kingoué. L’association est présente au Congo depuis 2012 et travail sur des projets sociaux, sanitaires, sur l’éducation ainsi que l’agropastorale.

Cette exposition sera aussi en l'honneur d’un ami, d’un collègue, Stefano qui s’est éteint le 1er octobre 2015 à seulement cinquante ans, il laisse une femme et deux enfants.


WILFRID MASSAMBA
Rédigé le Lundi 16 Novembre 2015 à 15:43 | Lu 2768 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 23:35 Sammy Baloji

Samedi 11 Juillet 2020 - 23:49 MED'INNOVANT AFRICA

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter