Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Pagaille à Mavoula !


Dans son dernier roman, intitulé Pagaille à Mavoula !, l’auteur révèle les dessous d’une enquête policière relative à la recherche du commanditaire du meurtre d’un éminent membre du gouvernement congolais. Ainsi la ville de Brazzaville servira-t-elle d’environnement hostile à une investigation menée par le Zaïrois Roger Dercky, surnommé le Justicier exécuteur, à l’insu de la police nationale congolaise. Pris en étau entre les agents de l’inspecteur André Moukila et les membres d’un conglomérat de criminels, sans oublier les mercenaires belges qui projettent de renverser le général Denis Sassou Nguesso, le détective privé n’aura pas la tâche facile.

Pourquoi le natif de Kinshasa cherche-t-il à rendre justice lui-même, alors que cette triste affaire ne concerne que le département des affaires criminelles de la police congolaise ? Pourquoi un Zaïrois doit-il s’occuper de l’investigation à propos de l’assassinat d’un ministre d’un pays qui n’est même pas le sien ? La famille de la victime n’a-t-elle pas confiance aux autorités policières nationales ? À moins que la justice congolaise soit partiale, donc partisane. Pourquoi Roger Dercky doit-il entreprendre une opération périlleuse, au risque de braver quelques intouchables du régime local ?

Titre : Pagaille à Mavoula !
Auteur : Gaspard-Hubert Lonsi Koko
Éditeur : L’Atelier de l’Égrégore
Genre : Policier
Collection : Crime & Suspense
- Version Papier :
ISBN : 979-10-91580-25-0 - EAN : 9791091580250 ;
Dimension : 13,3 x 20,3 cm
Pagination : 238 pages
- Version numérique :
ISBN : 979-10-91580-26-7 - EAN : 9791091580267 ;
Sortie : le 31 mars 2018


atelieregregore.eu/pages/a-paraitre

Par Jean Gandon
Rédigé le Dimanche 18 Février 2018 à 09:46 | Lu 2583 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 01:45 Hem' sey Mina

Lundi 9 Juillet 2018 - 23:24 Seun Kuti

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter