Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Forum de la Femme Afro Hondurienne

Dans le cadre de la célébration de la Journée de la Femme Hondurienne ( Día de la Mujer Hondureña) l’Organisation de Développement Ethnique Communautaire ODECO, par le biais de son Secrétariat des Affaires de la Femme, a organisé un Forum Municipal pour permettre aux femmes Afrohonduriennes d’échanger, de débattre et de réfléchir sur divers sujets d’intérêt pour leurs vies.


Forum de la Femme Afro Hondurienne
Ce Forum a été inauguré par Alba Pinto de Zepeda , Vice Mairesse de la Municipalité de la Ceiba.

Pour les participants, la lutte pour l’égalité de sexes va au-delà des efforts isolés. Lors de Forum, elles ont exprimé de façon claire aux femmes du Honduras le fait que tant qu’elles sont vivantes, elles doivent ressentir la vie en elles. Autrement dit, chacune a des capacités et un potentiel grâce auxquels elles peuvent contribuer, selon leurs propres réalités à la construction d’une société qui épouse de façon satisfaisante les changements dans lesquels les rôles des femmes et des hommes fonctionnent de manière égalitaire.

Le Secrétariat des Affaires de la Femme de l’ODECO a profité de cet espace idoine pour travailler de manière conjointe sur l’agenda stratégique de la femme Afrohondurienne, dans lequel seraient considérées diverses actions qui renforceraient les relations de pouvoir entre hommes et femmes, mais surtout qui contribueraient à habiliter les femmes et à accroitre leurs capacités pour qu’elles deviennent des actrices de premier plan au sein de la société.
Ce Forum de la Femme AfroHondurienne a vu la participation de conférenciers nationaux de premier rang ainsi que la présence de l’Avocate Brigitte Boudier de Francis, qui est une personnalité Afronicaraguayenne, membre du Parlement Centraméricain et qui a partagé avec les femmes Afro Honduriennes ses expériences sur la participation citoyenne active et les processus électoraux.



Publié par Betsy Campisi

Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga
http://odecohn.blogspot.com/


Guy Mbarga
Rédigé le Vendredi 30 Janvier 2009 à 01:56 | Lu 1229 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Mardi 16 Juin 2020 - 21:41 Somos Cultura de Resistencia

Mardi 16 Juin 2020 - 21:34 EL QAFF tiene rostro de mujer

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter