Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Florence Béal-Nénakwé

Artiste peintre Camerounaise

Florence Béal-Nénakwé. C'est bien d'elle dont il s'agit.
Tout est original chez elle: sa personnalité, son langage, son esprit et, bien sûr, avant tout, sa peinture. Tiens oui, sa peinture. Florence porte le nom d'une reine de son pays


carnaval africain
carnaval africain
A ce titre, elle eut le privilège de passer le clair de son temps libre et de ses vacances d'enfant dans la Chefferie Bangangté-Ville. Là, elle visita, fit la connaissance, puis intégra en elle les plus grandes collections de masques de bois, de terre, les motifs colorés les plus bizarres qui animaient, littéralement, les cases des épouses du roi, et jusqu'aux colliers aux formes géométriques tatoués sur le cou de sa tante. L'initiation, au plus beau sens du mot commençait.

De retour chez elle, Florence-enfant tentait de reproduire les formes et les couleurs qui l'avaient éblouie. C'était sans compter les moqueries de ses copines de classe ou de jeu. Florence se referma alors comme une huître pour éviter la risée de ces personnes qui l'entouraient et que, pourtant, elle aimait.

Alors elle oublia.

Jusqu'au jour où, plusieurs dizaines d'années après, elle prit conscience de ce qu'elle était vraiment: une femme claire dans son esprit, droite dans son intégrité, amoureuse de ses racines. Sans qu'elle le sache vraiment elle-même, ces racines avaient donné naissance à une fantastique puissance de vie.

L'esprit de création de l'adulte prolongeait l'initiation de son enfance.

Désormais, Florence peint malgré elle.Elle peint. Elle peint. Elle n'arrête pas. Le flot qu'elle a si longtemps contenu durant toutes ces années se déverse dans la vie d'aujourd'hui. Toutes ces images de l'enfance, du soleil, de la nature et de l'humanité ressortent maintenant avec une étonnante maturité: beauté des formes, expression pure de la couleur, sensualité libre et joueuse.

Quelle magnifique leçon de vie.

Ne nous y trompons pas. Florence ne copie pas; elle n'imite rien, ni personne. Seule l'énergie intérieure liée à son Cameroun natal et à sa vie personnelle, lui fait jeter sur une toile cette gaieté et cette espérance.
Un chef de ligne esthétique qui a marqué l'histoire de l'art avait affirmé: « Je ne cherche pas, je trouve ». Nous connaissions les sources de sa voie et savons désormais ce qu'il a trouvé et où Florence Béal-Nénakwé a la sagesse et le talent de chercher encore et toujours. C'est encore d'elle qu' il s'agit. Aujourd'hui.


Guy Lefebvre. Directeur du Luminier (Espace culturel de Chas
Rédigé le Lundi 7 Août 2006 à 14:27 | Lu 4110 commentaire(s)





1.Posté par Oleg Yazykov le 13/12/2006 11:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hi, Greetings from Russia!
I am very glad I looked the your artworks. I lokked your pictures on your personal websire. This works are beautiful and great expressive. I enjoy your bery nice painting. Thanks for great pleasure.
All best for you!


À lire aussi :
< >

Jeudi 2 Juillet 2015 - 17:45 Congo’s Travel Agency

Mercredi 4 Février 2015 - 12:22 Une fée nommée Rougui Dia

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter