Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Femme nue, femme noire … folle de cul ?

Calixthe Beyala

On connaissait la vie sexuelle de Catherine M. Le nouveau roman de Calixthe Beyala, romancière d'origine camerounaise nous présente celle d' Irène " F ", seize ans, voleuse de New-Bell…


Femme nue, femme noire … folle de cul ?
F pour Fofo son nom mais aussi F pour folle, car Irène est folle, du moins c'est ce que tout le monde croit. Une folle furieuse du sexe pour ne pas dire du cul. Oui, Oui et je pèse mes mots.
Avec Irène tous les hommes y passent, les beaux, les moches, les riches, les pauvres, les religieux, les mariés, les célibataires. Ah, oui j'oubliais, les femmes aussi y passent :
" Fatou écarte mes jambes avec ivresse, avec exaltation…. Sa langue est un feu et, au bout de ses doigts, mon ombrelle intérieure palpite. Elle me gobe, agenouillée entre mes cuisses ".

Je vous passe les passages qui parlent de ce qu'elle fait avec les hommes…bien que, allez juste pour vous mettre l'eau à la bouche-à défaut d'autre chose-

" Je fais glisser son pantalon le long de ses cuisses, mettant à nu la véracité animalière de sa nature…

Et lorsque je le déculotte, que ma langue s'enroule autour de son plantain dans un large mouvement circulaire, il ne bouge pas…Il me jette au sol, me pénètre m'écartèle, me pénètre avec fougue… ".

Ce qui précède, c'est ce qu'elle fait à Ousmane. Je vous laisse découvrir ce qu'elle fait à Eva, à Diego, à Jean-Baptiste -qu'elle baptise à sa manière- ou encore à Jean-Claude parce qu'Irène ne va pas de main morte bien au contraire, triolisme, partouze, lesbianisme, elle est de toutes les parties qu'elle orchestre royalement.
Ce nouveau roman de Calixthe Beyala peut se lire au premier degré : " une histoire de fesses " comme une autre et au second degré -le plus intéressant- car il nous interpelle sur la liberté des femmes:

" Ce que je veux, je le prends. Je n'ai pas besoin d'autorisation " et la recherche de soi " Je ne lui dis pas ce que je suis vraiment, je l'ignore encore moi-même…Je suis quelque chose de dépravé, de dissolu, sans scrupules, qui dévore la vie d 'où qu'elle vienne ! ".

Irène est une jeune fille perdue qui se cherche à travers des expériences sexuelles débridées qui la confortent dans son idée de diriger et de donner un sens à sa vie. Elle refuse de rentrer dans le moule social même si elle le désire. Quand on lui demande :

" As-tu déjà aimé ? ", elle répond : " Quelle absurdité que de focaliser l'immensité des sentiments sur un seul être ! Je n'entre pas dans cette aberration ! ". Ainsi parle Irène Fofo.


Calixthe Beyala
Femme nue, femme noire
Editions : Albin Michel.


Lydie Omanga / Blackmap
Rédigé le Mercredi 21 Mai 2003 à 00:00 | Lu 16984 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 01:45 Hem' sey Mina

Lundi 9 Juillet 2018 - 23:24 Seun Kuti

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter