Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Fabienne KABEYA HONORE LA BEAUTE NOIRE EN BELGIQUE

Cette consécration de la beauté noire s’est révélée en Belgique avec l’élection de Fabienne Kabeya comme 1ère dauphine de la Belgique.


En effet tout s’est passé le 15 Décembre 2007 lorsque Fabienne a honoré non seulement son Congo natal mais aussi toute l’Afrique entière confirmant les éloges faites à la beauté noire par tant d’écrivains comme Léopold Sedar Senghor quand il dit « Fruit mûre à la chair ferme, sombre Extase du Vin noir, bouche qui fais lyrique ma bouche. »

Une autre consécration, et pas de moindre, c‘est son élection bien avant comme miss Bruxelles le 22 septembre 2007. À cet instant fabienne a déclaré : “ Pendant toute la soirée, jamais je n’ai cru que je gagnerais. J’avais l’impression que les jeux étaient faits et du coup, j’étais même un peu dégoûtée. Je sais que c’est cliché de dire ça, mais je ne m’y attendais vraiment pas ”
Oui, sa beauté lui a révélé qu’elle est une perle rare dans ce monde et une référence pour toute l’Afrique. Pour Denise NIANGUI jeune étudiante : « Fabienne est un symbole d’émancipation pour la femme africaine. Un motif d’encouragement pour la jeune génération africaine qui doit positiver la vie et croire à la réussite un jour. Elle montre par là qu’en dehors des clichés sombres collés à l’Afrique, il y a d’autres dimensions qui peuvent faire parler de l’Afrique en bien : la beauté ».

Effectivement elle a fait la une de plusieurs journaux belges et même de la presse audiovisuelle. Elle doit sans nulle doute son secret à sa mère. A propos, elle déclare « C’est ma mère qui a envoyé le formulaire sans me le dire ».
Agée de 18 ans et née à Ixelles(Bruxelles) des parents métis belgo congolais à savoir Eddy Kabeya, para commando dans l'armée belge et de Marie-Cécile Ngamp, ex-mannequin au Congo kinshassa, actuellement coordinatrice au sein de l'asbl Afristyle, Fabienne vit au centre ville de bruxelles.
Elle poursuit des études en tourisme et parle six langues (français, néerlandais, anglais, espagnol et allemand).

Notons que plusieurs africaines ont eu à valoriser la beauté noire en Europe à l’instar de Sonia Roland d’origine rwandaise élue miss France en 2000.

En étant 1ère dauphine de la Belgique nous osons croire que Fabienne Kabeya pourrait être aussi utile à la Rdcongo minée par plusieurs maux pourquoi pas à toute l’Afrique.

De Genséric Fresnel BONGOL TSIMBA
Correspondant permanent de basango.com



De Genseric Fresnel TSYMBHAT-BONGAUL
Rédigé le Mercredi 9 Janvier 2008 à 11:59 | Lu 4852 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 22:52 WANURI KAHIU

Lundi 29 Juin 2009 - 00:29 MAÎTRE GOTÈNE

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter