Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

FATOU DIOME

UNE ECRIVAINE PROMETTEUSE

Lorsqu’on parle des femmes qui émeuvent les lecteurs, Fatou DIOME en fait valablement partie. Cette thèse s’est vérifiée au Centre Culturel Français de Brazzaville où un jeune étudiant était venu chercher Le ventre de l’atlantique de Fatou DIOME. Incontestablement cette jeune dame des lettres africaines annonce des belles couleurs surtout avec une écriture riche, teintée entre autre d’humour. Cette richesse se lit dans ses publications : La Préférence nationale et le ventre de l’atlantique.


Issue d’une famille modeste de Dakar, Fatou DIOME est presque née avec les lettres sur les lèvres, car elle commence à graver la langue de Molière dans son cahier d’écolier à 13 ans. Tout cela sous le sevrage de sa grande mère pour laquelle elle a beaucoup de déférence.
En Afrique tout commence par les contes me disaient ma grand-mère. La morale y passe bien.

Fatou y est passée aussi. Elle l’extériorise primo par la Préférence Nationale, publié aux éditions Présence Africaine en 2001.
Ce recueil des nouvelles, pratiquement autobiographique à l’écriture souple, relate les mésaventures d’une sénégalaise qui peine à supporter ses études en France. Elle est contrainte de faire des petits boulots pour les financer. Par dessus tout Fatou Diome soulevait là un problème qui est encore actuel. C’est celui de l’intégration en France.

Rock SAMBA NDIAYE, congolo-sénégalais, pense que Fatou DIOME nous présente ainsi sans couvrir les mots l’autre face cachée de la France lorsqu’on est étranger. Une face dont nos compatriotes qui viennent ici n’osent pas nous parler.

Oui, le non dit semble nous dominer surtout lorsqu’il heurte nos ambitions, mais il vaut parfois mieux le dire pour le disséquer et prendre une belle option. C’est ce qu’a fait un Centre d’encadrement de Brazzaville, le 4 Août dernier où le thème d’exposé en français avait pour appui la Préférence Nationale de Fatou DIOME.

Marianne SIMBANGOYE, l’une des exposante argue : « j’aime Fatou DIOME pour la force de ses mots, pour son courage. Moi aussi je rêve devenir écrivain dans le future comme elle.

Dans le Ventre de l’atlantique publié aux éditions Anne Carrière, Fatou DIOME aborde le problème d’immigration qui défraie l’actualité.

Pour elle les gens qui immigrent le font non pas seulement à cause de la pauvreté, mais pour aussi pour l’émancipation et même pour leur liberté.
Elle aborde aussi dans ce roman des relations intresèques que les immigrés entretiennent avec leurs parents restés aux pays.

Cette native de Diogor dévoile son moi intérieur, un intérieur modelé en grande partie par son la verve de sa grand-mère pour s’afficher sur la face du monde.
Féministe modérée, Fatou DIOME est une icône pour la jeunesse telle que l’affirme Dorine jeune étudiante congolaise.

Passionnée entre autre de Stig Dajerman, écrivain suédois, de senghor, de Hemingway, Fatou DIOPME a encore des beaux jours devant elle. Basango.com la souhaite bonne chance.

De Genséric Fresnel BONGOL TSIMBA
Correspondant permanent en Afrique/Basango.com


De Genseric Fresnel TSYMBHAT-BONGAUL
Rédigé le Jeudi 9 Août 2007 à 19:47 | Lu 2309 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 22:52 WANURI KAHIU

Lundi 29 Juin 2009 - 00:29 MAÎTRE GOTÈNE

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter