Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Et si le futur du design était africain ?


The Kingdom of Taali M. by Pierre Christophe Gam
The Kingdom of Taali M. by Pierre Christophe Gam
C’est le continent vers lequel tous les regards se portent, celui que l’économie mondiale, après l’avoir longtemps surexploité, envisage désormais comme un nouveau débouché. On veut parler de l’Afrique, dont la promesse de croissance attire les entrepreneurs et le potentiel technologique – 650 millions de portables y seraient en activité, soit davantage qu’en Europe et aux États-Unis réunis – excite toutes les convoitises. L’Afrique fait l’objet d’une exposition au Vitra Design Museum de Weil-am-Rhein en collaboration avec le Guggenheim de Bilbao, organisée par la commissaire Amelie Klein épaulée par Okwui Enwezor, curateur de la Documenta 11, directeur de la Haus der Kunst de Munich et de la prochaine Biennale de Venise.

L’idée ? Montrer que le continent noir, au-delà du regain d’intérêt qu’il suscite, est aussi une terre de création. Cela ne date pas d’hier. Il y a déjà quelque temps que l’art contemporain a sorti de l’obscurité le Bamako sixties photographié par Malick Sidibé, les clichés des sensationnelles coiffures tour Eiffel prises par Okhai Ojeikere et les maquettes de villes du futur de Bodys Isek Kingelez. C’était en 1989, à l’époque des
« Magiciens de la terre », exposition fondatrice imaginée au Centre Beaubourg de Paris par Jean-Hubert Martin. L’accrochage dévoilait aux visiteurs vivant de ce côté-ci de l’hémisphère l’incroyable diversité d’une culture dont ils ignoraient à peu près tout. Visiteurs à qui il faut donc parfois répéter les choses, l’art africain restant souvent cantonné dans son cadre exotique.

Pour Okwui Enwezor, né à Calabar au Nigeria, ville du sud située très loin des barbares de Boko Haram qui mettent son pays à feu et à sang, l’accrochage du Vitra Design Museum doit en cela montrer une autre image d’une production design souvent limitée à l’art maîtrisé de la récupération et à l’artisanat. « Les concepts de recyclage et de réaménagement – appauvri ou informel – doivent être repensés, explique le curateur associé dans un entretien avec Amelie Klein. Nous devons replacer la productivité dans son contexte réel, afin de reléguer au second plan le sentiment de déficit généralement associé à l’Afrique. »

Alors à quoi ressemble le design contemporain africain ? Il est graphique et coloré (visez ces tissus wax qui inspiraient les Milanais de Memphis il y a 35 ans déjà et plus récemment le chanteur Stromae). Il mélange aussi les influences, cultive le mix entre la tradition et la modernité. Surtout il « fait » – d’où le titre « Making Africa » qui donne son intonation générale à l’exposition – en profitant du réseau de créateurs pour mettre en commun des pratiques et des réflexions. Mais c’est un design qui parle aussi de son histoire actuelle. Gonçalo Mabunda a conçu un trône de fer – un peu comme celui de la série d’ailleurs – dont les accoudoirs, les pieds et le dossier adoptent les formes de mitraillettes et de roquettes. Une version hardcore de la lampe de Philippe Stark dont l’abat-jour était porté par une Kalachnikov en métal doré. Le design africain a bien les pieds sur terre.

Source lemonde.fr

Par Emmanuel Grandjean
Rédigé le Mercredi 18 Mars 2015 à 08:24 | Lu 949 fois | 0 commentaire(s)


Tags : afrique, Design, style




À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 02:38 Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

Jeudi 21 Juillet 2016 - 21:05 Republic of the Congo: Breaking the Boundaries

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter