Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Esclavage

Le 10 mai, pour commémorer la traite négrière

Le Comité pour la mémoire de l’esclavage (CPME) a rendu au Premier ministre français un rapport qui incite à une meilleure connaissance de l’histoire de la traite négrière et propose une date de commémoration annuelle, le10 mai


Présidente du Comité pour la mémoire de l'esclavage, Maryse Condé
Présidente du Comité pour la mémoire de l'esclavage, Maryse Condé
Présidé par Maryse Condé, auteur guadeloupéenne, et ancienne professeur à l’Université de Columbia aux Etats-Unis, le Comité pour la mémoire de l’esclavage (CPME) essentiellement composé d’enseignants, d’universitaires et de personnalités originaires des départements et territoires d’outre-mer a remis au Premier ministre français, Jean-Pierre Raffarin son rapport. Créé en janvier 2004, le CPME n’a effectivement démarré ses activités qu’en avril de la même année. Voyages, entretiens, débats, consultations diverses lui ont permis d’élaborer un rapport contenant des propositions diverses dans le but de donner des suites à la loi de la député de Guyane, Christiane Taubira qui a fait reconnaître « la traite négrière et l’esclavage comme un crime contre l’humanité ». Une de ces propositions consiste à célébrer chaque année, le 10 mai, une journée nationale « des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions ».

« Depuis l’abolition de l’esclavage en 1848, il y a eu un silence total. Alors quand vous laissez quelque chose dans le vide pendant si longtemps, tout et n’importe quoi s’y engouffrent. C’est pour cela qu’il faut populariser l’histoire de l’esclavage. Cela favorisera un terrain qui n’autorise plus ces dérives », a déclaré Françoise Vergès (réunionnaise), professeur à l’université de Londres et vice-présidente de CPME. Les différentes polémiques alimentées par certains intellectuels français et des comédiens, sur la place à accorder à certaines commémorations, ou une hiérarchie à établir par le nombre de victimes par événement que l’histoire aurait retenu. Ces querelles qui sont une insulte à la mémoire des disparus, victimes des différents génocides qui ont jalonné l’histoire contemporaine, prospèrent sur un terrain où l’Etat est absent. « En faire plus pour être reconnu » est alors devenu une règle du jeu, mais qui finalement dessert toutes les causes.

Améliorer les manuels scolaires

C’est pourquoi Maryse Condé souligne « une forte attente, au-delà de tous les clivages, pour un acte symbolique fort et pour des actions concrètes de la part des plus hautes autorités de la République françaises ». Le rapport qu’elle a rendu précise que « cette attente s’explique par le fait la très grande majorité de nos concitoyens du monde issu de l’esclavage sont convaincus que malgré la loi (…) mai 2001, l’histoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions continue d’être largement ignorée, négligée et marginalisée. Ces concitoyens perçoivent cet état de fait comme un déni de leur propre existence et de leur intégration à la République ». Les auteurs du rapport préconisent alors une amélioration de la connaissance de l’histoire de la traite négrière dans les manuels scolaires. En effet, ce thème ne bénéficie que d’une légère approche dans l’Education nationale parce qu’il est abordé comme l’histoire d’une certaine composante de la société française. Or, il fait partie intégrante de l’histoire de la République, qui avait réglementé la déportation de douze à quatorze millions de personnes entre le XVe et le XIXe siècle.

Aussi, le CPME propose-t-il de favoriser la recherche dans ce domaine et de créer un « Centre national d’histoire et de la mémoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions ». Il soumet aussi au Premier ministre une date de commémoration nationale qui donné lieu à l’évocation de plusieurs dates symboliques mais qui se réfèrent toutes à une histoire régionale. Pour certains le choix du 27 avril s’imposait parce qu’il correspond à la date d’abolition de l’esclavage en 1848 à l’initiative de Victor Schoelcher. D’autres ont rétorqué que le premier décret avait été pris 4 février 1794 avant que Napoléon Bonaparte ne rétablisse l’esclavage en 1802. Par ailleurs, chaque département et territoire d’outre-mer a sa date de célébration : 20 décembre à la Réunion, 27 avril à Mayotte, 2 mai à la Martinique, 27 mai à la Guadeloupe, le 10 juin en Guyane. Finalement le CPME a tranché en choisissant la date du 10 mai (pour le 10 mai 2001) date à laquelle le parlement français a définitivement voté la loi reconnaissant l’esclavage comme crime contre l’humanité. Jean-Pierre Raffarin réserve sa réponse pour le mois de juin après avoir consulté une comité interministériel. La commémoration pourrait débuter dès l’an prochain.


Source rfi

Didier Samson / rfi
Rédigé le Lundi 27 Juin 2005 à 10:31 | Lu 2469 fois | 1 commentaire(s)





1.Posté par MARIAMA le 18/09/2007 22:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
I HATE SEKOU TOURE HE DESTROY OUR COUNTRY

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


À lire aussi :
< >

Lundi 9 Mars 2015 - 07:02 Aké Béda

Mercredi 4 Février 2015 - 14:33 Nappy, ce mouvement conquérant de la planète afro

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS




MOKÉ TV

    Aucun événement à cette date.



App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube



www.wilfridmassamba.com


Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube