Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Emmet Till

Exhumation et autopsie

Le corps d'un adolescent noir, lynché dans le Mississippi (sud) en 1955 parce qu'il avait sifflé une femme blanche, va être autopsié, ce qui pourrait relancer la procédure judiciaire sur cette affaire ayant marqué un tournant dans la lutte des noirs américains pour l'égalité.
(Par Rédaction Grioo.com)


Emmet Till
Emmet Till
Le procureur chargé du dossier, Mme Joyce Chiles, a demandé l'exhumation dans les prochaines semaines du corps d'Emmett Till, enterré près de Chicago (Illinois, nord), afin qu'une autopsie détermine les raisons précises du décès.

L'enquête sur la mort violente du garçon de 14 ans avait été rouverte l'an dernier en raison de la découverte de nouvelles pièces à conviction et d'un "intérêt renouvelé" pour l'affaire, avait indiqué le ministère de la Justice.

"Tout ça arrive 50 ans trop tard", a commenté le député de l'Illinois (nord) Bobby Rush, qui a milité pour la réouverture du dossier. "Mais dans les affaires de justice, mieux vaut tard que jamais".

L'adolescent, vivant dans le nord des Etats-Unis où les tensions raciales étaient moins vives, passait l'été chez son oncle dans le delta du Mississippi. Lors d'un passage dans l'épicerie locale, il aurait sifflé la jeune et jolie femme du patron.

Enlevé en pleine nuit quelques jours plus tard, le garçon avait été retrouvé dans le fleuve Tallahatchie, une pièce d'égreneuse de coton lourde de 30 kg accrochée au cou avec du fil barbelé, la tête fracassée, l'oeil arraché.

Le patron de l'épicerie et son demi-frère avaient été acquittés par un jury exclusivement composé d'hommes blancs, lors d'un procès organisé à la hâte après le meurtre.

Ces deux hommes sont morts depuis, mais de nouveaux éléments mettent en cause d'éventuels complices, qui pourraient être jugés s'ils sont encore en vie, selon le ministère de la Justice.

"Nous avons beaucoup de soupçons et pensons que d'autres personnes pourraient être impliquées", explique le procureur Chiles.

L'autopsie est à ses yeux indispensable, notamment dans la mesure où le jury ayant acquitté les deux meurtriers présumés avait invoqué "le prétexte invraisemblable" qu'ils n'étaient pas certains qu'il s'agisse bien du garçon, malgré l'identification formelle par sa mère.

Les éléments nouveaux ayant permis de relancer la procédure ont été dénichés en grande partie par Keith Beauchamp, un cinéaste qui après huit ans d'enquête a réalisé un documentaire largement centré sur les complicités éventuelles dans le meurtre.

Un témoin, adolescent en 1955, dit notamment avoir vu plusieurs hommes blancs et noirs conduire Emmett Till dans une grange et avoir ensuite entendu des cris de souffrance.

"Enormément de témoins ont été interrogés dans le Mississippi et au-delà", précise le procureur Chiles, sans dire quand l'enquête pourrait être bouclée ou si de prochaines inculpations sont à attendre.

Pendant les obsèques à Chicago d'Emmett Till, sa mère, aujourd'hui décédée, avait exigé que le cercueil reste ouvert, afin que les milliers de sympathisants et la presse voient de leurs yeux la brutalité du sud raciste des Etats-Unis.

Ce meurtre et le déni de justice ayant suivi avaient profondément marqué les consciences, servant de déclencheur dans le combat pour les droits civiques.

Quelques mois après la mort du garçon, Rosa Parks, une femme noire, refusait de céder son siège réservé aux blancs dans un bus de Montgomery, dans l'Alabama (sud), lançant un boycott des bus par la population noire de la ville.

AFP
Rédigé le Mercredi 11 Mai 2005 à 14:55 | Lu 4465 fois | 1 commentaire(s)





1.Posté par emilie le 09/10/2006 14:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour, je voudrai connaitre les résultats donnés par l'exhumation et l'autopsie ainsi que l'avancement de la réouverture du dossier.
Merci

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


À lire aussi :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 23:19 Honor Toudissa

Mercredi 28 Novembre 2018 - 02:20 À Lagos, les mille et une tenues de l'homme

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter