Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

École de Poto-poto

Poto-Poto est un quartier populaire de Brazzaville au Congo. Cette ville est devenue célèbre à travers le monde pour son école de peinture fondée en 1951 par Pierre Lods. De grands peintres congolais tels que Eugène Malonga ou Guy Fila ont perfectionné leur art dans ce lieu devenu culte. Cette école est la référence de l'art et de la peinture du Congo. On y apprend l'art traditionnel africain dans toute sa splendeur.


Très réputée, les récompenses se succèdent depuis 1966 avec le premier prix du dessin au festival panafricain des arts nègres à Dakar avec l'artiste Owassa.

Les pionniers de l’école ont gagné plusieurs fois les prix du Centre international de civilisation bantoue, basé au Gabon. Cet établissement nous offre aujourd’hui un large panorama de la culture congolaise. En 1982, l'école de peinture de Poto-Poto a produit la première femme peintre congolaise, Ngampika Laurentine, puis Nadine Alouna en 1984 et Annie Mondzolo en 1986. Grâce à l’expertise et au soutien de l’école, ces trois femmes ont eu la chance d’exposer leurs œuvres dans des salons internationaux à travers le monde. Les œuvres sont d’ailleurs généralement achetées par des étrangers européens et américains, friands de cette peinture.
L’école de peinture de Poto-Poto est le seul établissement national en matière d’art. Depuis 1984, le gouvernement congolais aide cette école par le biais du ministère de la Culture et des Arts, mais elle connaît aujourd’hui quelques difficultés matérielles. Toiles, peintures et autres matériels de travail manquent et sont indispensables pour la survie de l’école de peinture.


par Basango
Rédigé le Dimanche 5 Septembre 2010 à 15:51 | Lu 1850 fois | 1 commentaire(s)






1.Posté par T.Ruth le 01/11/2010 10:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'évidence le directeur du CCF de Pointe-Noire n'aime pas l'école de Poto-Poto, voici ce qu'il en dit :
" ...de quelle identité parlez-vous à propos de XX ? Je n'y vois pour ma part que les prolongements mal digérés de l'école Poto-Poto, c'est-à-dire ce qu'on a fait de pire en Afrique dans le domaine esthétique (et politique).
C'est quoi Poto-Poto : un mauvais artiste français qui acquiert parce que "blanc" un statut de star au Congo en faisant peindre aux africains des chromos indigestes sur l'Afrique "traditionnelle" revue et corrigée par les colons. Résultat : des scènes de village à la manière post-cubiste et des "abstractions" colorées (l'Afrique c'est la couleur n'est-ce pas ?). Les véritables racines du travail de XX sont là et pas ailleurs, dans la soupe Poto-Poto."
Vision post colonialiste d'un représentant caractéristique de la gauche caviar française.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


À lire aussi :
< >

Mercredi 24 Janvier 2018 - 02:16 « L’Afrique, futur royaume de l’innovation ? »

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter