Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

EVELYNE MANKOU NTSIMBA SUR LES TRACES DE SES AINEES

La Patience d’une clandestine en France

Cette affirmation se justifie par le biais de son tout premier opus littéraire intitulé La Patience d’une clandestine en France publié aux éditions ICES.
Ce récit pratiquement autobiographique parle des vicissitudes d’une jeune dame dans une société qui lui est étrangère, particulièrement la France.


La Patience d’une clandestine en France
La Patience d’une clandestine en France
En effet, l’héroïne du récit est confrontée aux difficultés liées à son intégration en France en tant que sans papiers. Devant cette situation précaire elle est prête à faire tout ce qui peut lui permettre de sauver sa peau. De quoi dire avec le doyen Amadou AMPATE BA que lorsqu’on a peur de la réalité, l’esprit accepte n’importe quelle idée de l’imagination pourvue qu’elle apaise son inquiétude.

Elle-même l’affirme en ces termes : « Qui dans sa vie n’a jamais au moins une seule fois été confronté à un dilemme et n’a pas choisi une décision injuste aux yeux des autres si sa survie en dépendait ? » 

Comme palliatif, la jeune fille fait une rencontre amoureuse avec un Français. Là encore les chose ne marcheront pas comme elle le croyait. Elle va vivre aux antipodes des réalités de son Afrique natale à savoir entre autre : avortements, ménage à trois, conception d’un bébé avec un homosexuel, fugues, tentation de la prostitution.


Malgré tout cela, elle avait comme arme principale : la patience.
Devant cette galère, elle résolut rentrer au pays, mais pour elle-même : Rentrer « sans avoir fait Fortune est inadmissible aux yeux de tous »
Elle est donc obligée de se « volatiliser dans la société Française »

Le concept Patience n’est pas sans nul doute le fruit du hasard pour Evelyne MANKOU NTSIMBA. L’héroïne du récit a du en faire preuve depuis son jeune âge.
En effet, lorsqu’elle quitte son village, elle atterrit chez une tante en ville pour poursuivre ses études. Ce n’était pas facile pour elle, car tous les travaux de la maison passaient pratiquement par elle.

Mais elle avait pour fer de lance : Patience. Elle croyait que demain sera meilleur. Cette obstination peut se révéler juste puisqu’un adage congolais dit que la patience est comme un arbre dont les racines sont amères, mais les fruits doux.
Patience d’une clandestine en France est « une histoire vraie qui résume d’un vol ou survol rapide tant d’expériences vécues et jamais livrées »

Mais par dessus tout elle traduit avec netteté les dures réalités que vivent ceux qui vont tenter leurs chances sans papiers dans l’hexagone.
Evelyne MANKOU NTSIMBA vient de faire là un essai. Et comme premier essai le monde la regarde déjà pour qu’elle gravisse les échelles dans le petit monde féminin de la littérature africaine, mieux congolaise.

Basango.com lui souhaite bonne chance.

De Genséric Fresnel BONGOL TSIMBA
Correspondant permanent de basango.com au Congo


De Genseric Fresnel TSYMBHAT-BONGAUL
Rédigé le Mercredi 12 Septembre 2007 à 15:25 | Lu 2105 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 22:52 WANURI KAHIU

Lundi 29 Juin 2009 - 00:29 MAÎTRE GOTÈNE

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter