Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Duke Ellington

LE TON ELLINGTON

Pianiste, compositeur, arrangeur et chef d'orchestre, Duke Ellington, né le 29 avril 1899, est considéré avec Armstrong comme la plus grande personnalité du jazz.
A l' âge de 7 ans il commence à prendre ses cours de pianos ; à 16 ans il compose son premier morceau, Soda Fountain Rag ; en 1922 il part à New York et forme un orchestre en 1927, qui est considéré comme le meilleur de jazz.


Duke Ellington
Il y a des gens qui prennent le jazz trop au sérieux.
Ils sont tellement occupés à faire une mine sérieuse qu'il oublient de quoi il est question.
Le jazz doit swinguer, le jazz doit avoir de l'humour.
Sinon ce n'est plus du jazz. Ce n'est plus du Duke Ellington.
Jungle style, / mood style,
concerto style, / standard style...
De la rqcine des pieds à la fleure du crâne, Duke c'est du jazz ou plutôt le jazz c'est Duke.
Liberia suite, Harlem suite, richesse sonore, verdeur des timbres,
Mélodies black, brown ou beiges,
mélodies où l'on ne sait pas s'il se marre ou pleure,
mélodies qui dribblent la mesure,
mélodies mélancoliques parfois,
mais toujours chargées d'espérance :
Même quand tout va mal,
sur le ton Ellington, on gambille.
Car Duke C'est l'acceptation passionnée de la vie à travers toutes les déblâcles.

D.G
Rédigé le Vendredi 30 Janvier 2004 à 00:00 | Lu 1064 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Vendredi 3 Janvier 2020 - 00:33 Jeune, noire, avant-gardiste

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter