Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Décès d'Isaac Hayes

Le roi de la soul music

La légende américaine de la soul music, Isaac Hayes, 65 ans, est mort dimanche dans son domicile à Memphis, dans le Tennessee. Chanteur, compositeur et auteur de chansons, Isaac Hayes avait remporté un Oscar en 1972 pour la composition de la musique du film Shaft.


Isaac Hayes a été retrouvé mort, dimanche matin, dans sa salle de sports à Memphis, dans le Tennessee. Il aurait eu 66 ans la semaine prochaine.

Ce personnage flamboyant qui aimait se couvrir de bijoux en or, a connu le sommet de sa gloire en 1972 en réalisant la bande sonore du film Shaft qui lui a valu un Oscar.

Né dans une famille pauvre du Tennessee, il a appris la musique sur le tas dans la célèbre rue de Memphis, Beale Street, où Johnny Cash ou Elvis Presley ont enregistré leur premier disque.

Il a servi de musicien d’appoint dans les studios locaux avant de se mettre à écrire une musique qui revendique plusieurs genres : la soul, le disco, et même le rap dont il se voulait un précurseur.

Plus récemment, Isaac Hayes a atteint un nouveau public en devenant la voix de Chef, un personnage de la série de dessins animés South Park. Il a brutalement quitté ce rôle après qu’un épisode ait tourné en dérision l’Eglise de scientologie à laquelle il appartenait.

Source RFI

Anne Toulouse
Rédigé le Lundi 11 Août 2008 à 19:53 | Lu 2455 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 24 Janvier 2018 - 02:16 « L’Afrique, futur royaume de l’innovation ? »

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter