Connectez-vous
BASANGO
Coup de coeur

Aimée Patricia MAVOUNGOU - 20/04/2012 | Lauryathe Bikouta

Elle est la première et l'unique congolaise a exceller dans le métier de la régie technique dans le domaine des arts et du spectacle vivant. Aimée Patricia Mavoungou, est une grande dame dans un petit corps, il est à peine croyable de lui donner son titre de régisseuse. Dynamique et très courageuse, elle assume bien son rôle et s'applique à faire la lumière, le plateau et la scénographie à travers les festivals. Après avoir mis de côté ses textes de théâtre, elle a choisi de marquer sa présence dans l'ombre où de ses doigts magiques et expertes travaillent pour enrichir les spectacles. Hors mis ses créations lumières, Aimée souhaiterai s'impliquer dans la mise en scène, mais pour l'heure, elle se consacre aux préparatifs d'une nouvelle édition du festival JOUTHEC (Journée théâtrale en Campagne), dont elle a la charge. Le rendez-vous est prévu pour décembre 2012 dans le département du Kouilou. Nous l'avons croisé pour vous.

ATTERRISSAGE - 03/04/2007 | dapper

La piece ATTERRISSAGE, ecrite par Kangni Alem, en 2002, sera presenté a Paris, au musee DAPPER, du 1er au 22 avril, au cours de dix seances. Cette piece qui a deja tourne en Europe et en Afrique...
1 ... « 44 45 46 47 48 49






Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter