Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Conservation de la biosphère

Le Congo Brazzaville au coeur de la protection des forêts du Bassin du Congo

A l’heure où l’Afrique cherche à se positionner sur le marché international des crédits carbone, le Congo Brazzaville, qui a déjà engagé de nombreuses actions pour protéger sa forêt, vient de signer avec le World Resources Institute (WRI) un accord de 787 millions de francs CFA afin d’as­su­rer le suivi du changement des couvertures forestières du pays et l’évaluation des stocks de carbone et des émissions issues de la dégradation des forêts.


Gorge de Diosso
Gorge de Diosso
Cette surveillance des forêts et la quantification des stocks de carbone constituent une étape indispensable pour positionner le pays sur le marché des crédits carbone. Par ailleurs, le pays a accueilli les ministres en charge de l’environnement et des forêts de l’Afrique centrale afin de préparer les futures négociations sur les changements climatiques au niveau international.

Gestion durable des forêts et évaluation des stocks carbone
Inscrit dans le cadre du processus de réduction des émissions à effets de serre (REED), cet accord vise à améliorer les approches de méthodologie en matière de biomasse et de quantification des stocks de carbone. La mise en place de ces méthodes d’évaluation serviront à terme à garantir au Congo Brazzaville des compensations financières équitables par rapport au rôle joué par les forêts du bassin du Congo dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Financé par le Fonds de partenariat du bassin du Congo, le projet permettra de développer et de mettre à jour les informations sur la dégradation des forêts, les forces motrices, son impact sur les émissions de carbone et de conseiller sur les méthodes les plus efficaces pour mesurer et surveiller ces changements. En effet, les pays de la région du bassin du Congo ne disposent pas de l'expertise requise ni des capacités humaines pour collecter, de manière systématique, les données sur les changements du couvert forestier sur l'étendue des pays.
Ce programme développé par le WRI prépare donc de manière concrète le gouvernement congolais à être capable de négocier ses crédits carbone sur le marché international sur la base de données fiables.

Le Congo Brazzaville: fer de lance de la défense de la biosphère en Afrique centrale
Le Réseau des réserves de biosphère en Afrique centrale a tenu, du 21 au 24 avril à Brazzaville, un forum international sur les réserves de biosphère et le biocarbone du Bassin du Congo.
« L'objectif de ce forum est de discuter sur des mesures concrètes visant à renforcer le réseau de biosphère en Afrique centrale et d'utiliser ces espaces comme sites pilotes pour préserver la diversité écologique et promouvoir le développement durable, à travers les services écologiques, notamment la valorisation du carbone séquestré par les forêts », a précisé le ministre congolais en charge des Forêts, Henri Djombo.

Le Congo Brazzaville a également coorganisé avec les membres de la Communauté des Etats d’Afrique Centrale (Ceeac) et de la Commission des forêts d’Afrique Centrale (Comifac) plusieurs réunions sur la question de l’environnement. L’objectif: trouver une position commune pour faire entendre la voix de l’Afrique Centrale lors des futures négociations sur les changements climatiques prévues à Cancun en décembre 2010. Parmi les points abordés, figure la mise en place d'un groupe de recherche sur l'évolution du climat en Afrique centrale. Le fonctionnement de ce groupe de travail devra permettre à la région de se doter d'une source d'information solide, actuelle et chiffrée en termes socioéconomiques et écologiques, dans le plus grand intérêt des décideurs politiques.


Les Afriques.com
Rédigé le Dimanche 5 Septembre 2010 à 15:36 | Lu 785 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Samedi 3 Décembre 2011 - 12:03 Couleurs Congo

Environnement | Enquête











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter