Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Congo

Il y a trente ans, les martyrs de Brazzaville

Le 18 mars 1977, les deuxième et troisième chefs d’État ainsi que le premier saint-cyrien du Congo étaient assassinés. Le premier cardinal du pays, arrêté puis libéré le 18 mars, fut repris et assassiné le 21 mars 1977. Tous furent tués au cœur de Brazzaville. Un chef d’État du Nord, l’autre du Centre, le saint-cyrien du Sud, le cardinal du Centre : un résumé de la carte politique du pays. Marien Ngouabi, Alphonse Massamba Débat, « Kim » Luc Kimbouala Nkaya et le cardinal Émile Biayenda sont des martyrs de la paix… Ancien enfant de chœur et servant de messe, Marien Ngouabi laissa la vie et la liberté à Alphonse Massamba Débat chassé du pouvoir manu militari.


À Marien, on ôta pouvoir, vie, épouse. Meurtre œdipien. En 1969, ignorant les cris de la populace au stade Éboué (« Au poteau, au poteau »), Marien laissa à Bernard Kolélas la vie, lui rendant la liberté en 1973. Après le coup d’État manqué du 22 février 1972, le président Marien Ngouabi ordonna de laisser aux putschistes la vie sauve.

En réponse, les ennemis de Marien bénéficiant de l’immunité politique (et de son corollaire, l’impunité judiciaire) firent fusiller le lieutenant Prosper Matoumpa-Mpollo, Franklin Boukaka, Adolphe Itsouhou et le sergent Olouka, morts en détention, mais aussi le lieutenant « Ange » Farimaka Diawara, Jean-Baptiste Ikoko et autres Bakekolo, livrés par un pays voisin. Marien se rendit en personne à la prison de Brazzaville pour sauver le commandant Alfred Raoul, trouvé sous la torture, nu et pendu par les bras.

Le parti unique marxiste-léniniste, après vingt-deux ans de règne sans partage, a laissé une seule loi d’amnistie, œuvre de Marien lui-même (1973)… Alphonse Massamba Débat savait Bernard Kolélas en lieu sûr quand, le 15 août 1964, il informa la nation d’une affaire de trafic d’armes. En septembre 1964, Débat laissa filer Fulbert Youlou, renversé le 15 août 1963.

En 1965, de vrais ennemis, et donc faux amis de Débat, assassinèrent Alphonse Pouabou, Lazare Lin Matsocota, Anselme Massouemé, le capitaine Jean Bikoumou et le sergent Peppa. En 1966, Débat réintégra dans son grade et dans le service actif Marien Ngouabi - destitué par le Premier ministre Ambroise Noumazalaye, en l’absence de Débat (alors en mission à Madagascar). Massamba Débat se montra également très clément envers Léon Angor, Pierre Aboya et Pierre Nzé, tous auteurs de propos séditieux (« Tout pour le Sud, rien pour le Nord »). Le cardinal Émile Biayenda fut apôtre de paix par excellence. Voici son dernier message : « À tous nos frères croyants, du nord, du centre et du sud, nous demandons beaucoup de calme, de fraternité et de confiance en Dieu, Père de toutes tribus, afin qu’aucun geste déraisonnable ne puisse compromettre un climat de paix que nous souhaitons tous. » Uni dans la justice et l’amour fraternel, le Congo, demain, se relèvera. Ainsi le sacrifice des martyrs de la paix n’aura pas été vain. J’ai foi en l’avenir.


Web
Rédigé le Samedi 24 Mars 2007 à 20:49 | Lu 2320 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

Mercredi 30 Décembre 2020 - 12:50 Le roi Moe Makosso IV s'en est allé

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter