Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Congo

Chevron annonce le démarrage du champ Lianzi

La production de ce site, aux réserves estimées à 70 millions de barils, est attendue à 40 000 barils par jour.


Plateforme Maersk Deliver du champ Lianzi  © Wilfrid Massamba
Plateforme Maersk Deliver du champ Lianzi © Wilfrid Massamba
Le géant américain a annoncé dans un communiqué publié ce lundi l’entrée en production du champ gazier et pétrolier Lianzi, à cheval entre les zones maritimes de l’Angola et de la République du Congo.
Découvert en 2004, ce gisement d’hydrocarbures est situé à 105 kilomètres des côtes et à une profondeur de 900 mètres.
C’est le premier gisement d’hydrocarbures opéré par Chevron au Congo.

Réserves
La production de Lianzi est attendue à 40 000 barils de brut par jour, ses réserves sont estimées à 70 millions de barils. Environ 2 milliards de dollars d’investissements ont été annoncés pour son développement.

Le champ est opéré par Chevron, qui en détient 31 % à travers ses filiales Chevron Overseas (15,75 %) et Cabinda Gulf Oil Company (15,5 %), les filiales congolaises et hollandaises du français Total – Total E&P Congo et Angola Block 14 BV – en contrôlent respectivement 26,75 % et 10 %. Le reliquat revient à l’italien ENI (10 %), à la compagnie nationale des hydrocarbures de l’Angola Sonangol (10 %), à la Société nationale des pétroles du Congo SNPC (10 %) et au groupe énergétique portugais Galp (4,5 %).

Accord
En 2014, Chevron a enregistré un chiffre d’affaires de 200 milliards de dollars, pour un résultat net part du groupe de 19,24 milliards de dollars. En Afrique, le groupe américain est très actif en Angola, au Nigeria et en Afrique du Sud. L’an dernier, Chevron a cédé ses actifs dans le pétrole tchadien.

L’Angola et le Congo, dont les compagnies nationales ont conclu un accord pour l’exploitation commune du « Block 14 » sur lequel se situe le gisement Lianzi, ont produit respectivement 1,742 million et 250 000 barils de brut par jour en 2014 selon l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA).

Source www.jeuneafrique.com

Par Jeune Afrique
Rédigé le Mardi 3 Novembre 2015 à 07:40 | Lu 3766 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 9 Décembre 2015 - 11:09 Sandy Mayetela

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter