Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Congo Kinshasa

J-P Bemba a des envies de coup d'Etat

Les résultats provisoires du premier tour des élections présidentielles congolaises seront connus le 20 août. Pourtant, le candidat Jean-Pierre Bemba crie déjà à la victoire. Pourquoi? Et qui est-il vraiment?


J-P Bemba
J-P Bemba
Au lendemain des élections, dont le bon déroulement a été salué par tous, les spéculations vont bon train en attendant les chiffres officiels.

A Kinshasa, le candidat Jean-Pierre Bemba déclare: «Sur base des résultats préliminaires compilés par les assesseurs de mon parti, le MLC arrive largement en tête dans six des onze provinces. J'ai obtenu de 40 à 45%, voire 51%. Kabila, pour moi, ne dépassera pas les 40%.» Le journaliste de Reuters lui demande ce qui se passerait s'il n'était pas en lice pour le second tour. Il répond: «Ce serait terrible pour le pays. Aucune nation ne peut accepter qu'on lui vole son élection. L'unité du pays est si fragile.»

Qui est vraiment ce Jean-Pierre Bemba?

J-P Bemba
J-P Bemba
Ancien dirigeant de la rébellion pro-ougandaise, Jean-Pierre Bemba est un des principaux responsables de la guerre qui a coûté 5 millions de morts au Congo, entre 1998 et 2003. Les atrocités commises par ses troupes ont même obligé les Etats-Unis à prendre leurs distances. L'ambassadeur des Etats-Unis aux Nations Unies, Richard Williamson, a déclaré le 7 juillet 2003: «Au Congo, les pires actes imaginables, comme le cannibalisme, ont été commis. Le mépris de la vie est révoltant, les histoires de décapitations répugnantes. Le gouvernement des USA est très déçu de la façon inappropriée avec laquelle Jean-Pierre Bemba et le MLC ont traité les procès des suspects de ces atrocités.»

Le 16 mai 2003, Bemba a été condamné par la justice belge à un an de prison ferme, ainsi qu'à une amende de 24789 euros pour traite des êtres humains.

Et en avril de cette année-ci, la cour de cassation de la République Centrafricaine, pays voisin, a saisi la Cour pénale internationale à La Haie d'une plainte contre Bemba pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre. En effet, en novembre 2002 les troupes de Bemba, sous prétexte de voler au secours de l'ancien dictateur Ange Patassé, ont massacré des civils à Bangui, la capitale. Ils y ont violé des femmes, pillé et ramené le butin au Congo.

Faire dérailler l'après-élections

Bemba sait très bien qu'après les élections, il n'y a que la prison qui l'attend. C'est la raison pour laquelle il était devenu la figure de proue de l'alliance du refus des élections! Elle unissait le MLC1, l'UDPS2 et le réseau d'Honoré Ngbanda, ancien bras droit de Mobutu, appelé le « Terminator » à cause de son réseau d'escadrons de la mort.

Ce front a depuis de longs mois mené une campagne haineuse contre Joseph Kabila qui «ne serait pas Congolais, mais Rwandais». Les élections feraient partie d'un «complot international pour mettre un Rwandais à la tête du Congo».

A Kinshasa, où la guerre d'agression de 1998-2003 a surtout été ressentie par une situation économique et sociale catastrophique, la haine de l'agression rwando-ougandaise est devenue une haine aveugle de tout ce qui est rwandais. Et l'alliance Bemba-UDPS-Ngbanda a réussi, en colportant les rumeurs les plus invraisemblables, à pousser un nombre important de Kinois à voter pour Bemba, «mwana Congo», l'enfant du Congo.

Mais à l'Est et au Nord du pays, les populations congolaises ont subi l'occupation rwandaise et ougandaise et connu pendant cinq ans le règne criminel des occupants et de leurs «rebelles» (parmi lesquels Jean-Pierre Bemba). Les gens ne sont pas dupes, ils ont voté massivement pour Kabila et rejeté Bemba. La possibilité existe, vu ce vote massif à l'Est, que Kabila obtienne la victoire au premier tour.

Un clash militaire à Kinshasa entre les troupes de l'alliance Bemba-Ngbanda-UDPS et l'armée congolaise n'est donc pas à exclure. Bemba n'a pas réussi à empêcher les élections, mais il tente maintenant de faire dérailler l'après-élections.


1 Mouvement pour la Libération du Congo, dirigé par J-P Bemba · 2 Union pour la Démocratie et le Progrès social, dirigé par Etienne Tshisekedi


Source: Michel Collon info

Tony Busselen
Rédigé le Jeudi 10 Août 2006 à 15:11 | Lu 3591 commentaire(s)





1.Posté par mystère le 28/03/2008 08:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je veux que notre ellu retourne dans son pays qui est bla Rdc


À lire aussi :
< >

Mardi 25 Octobre 2016 - 17:28 Série. “Atlanta” :

Vendredi 8 Avril 2016 - 18:11 Driss Homet

Sous le manguier | Mots d'ailleurs | Tout converge









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter