Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Comilog

Eramet : Justice, libre entreprise et compétitivité


Comilog
Alerte ! Toutes les entreprises qui auraient choisi de s’affranchir des principes élémentaires du droit pour leurs opérations dans des pays économiquement ou politiquement faibles risquent de se faire rattraper par la patrouille. La cour d’appel de Paris a sans aucun doute pris, jeudi 10 septembre, une décision qui fera date.

Six salariés qui travaillaient sur une ligne de chemin de fer au Gabon, licenciés sans préavis ni indemnités en 1992 par une entreprise immatriculée au Congo, la Comilog, ont obtenu vingt-trois ans plus tard de la justice française que leur employeur soit condamné à leur verser 25 000 à 30 000 euros d’indemnités chacun. Les magistrats de la cour d’appel se sont considérés compétents sur une telle affaire, ayant estimé, d’une part, qu’il y a un « déni de justice » dans la mesure où ces salariés ont saisi dès 1992 le tribunal de Pointe-Noire au Congo… sans qu’aucune décision judiciaire n’intervienne depuis. Et d’autre part, le fait que la société française Eramet ait racheté, pourtant après les faits, la Comilog est considéré comme un lien suffisant pour que la justice française s’en mêle. Une première.
Ces six dossiers ne sont que la partie émergée d’une affaire beaucoup plus vaste. Car 857 salariés de cette ligne destinée au transport du manganèse avaient été licenciés du jour au lendemain. Ils sont, ou leurs ayants droit, aujourd’hui dans la procédure. Mais la cour d’appel avait convenu de n’examiner, dans un premier temps, que quelques cas pour trancher les questions de droit. Ce combat judiciaire, porté par l’ONG Sherpa, pourrait ainsi représenter au final plus de 10 millions d’euros d’indemnités.

Le symbole Rana Plaza

Surtout, c’est un tournant qui intervient deux ans après le drame, devenu symbole, du Rana Plaza, cet immeuble au Bangladesh dans lequel plus d’un millier de « petites mains » de la confection ont trouvé la mort. Les groupes internationaux du prêt-à-porter ou de la grande distribution ont cherché à s’affranchir de leur responsabilité derrière la kyrielle de sous-traitants.
La justice n’est pas une machine pour ou contre la libre entreprise. De la même façon que la libre entreprise n’est pas bonne ni mauvaise en soi. Elle est ce que l’on en fait. Certains chefs d’entreprise se montrent soucieux du respect de leurs salariés, d’autres non, certains se préoccupent du respect de l’environnement, d’autres polluent sans état d’âme, etc.
Que les tribunaux veillent à ce que les travailleurs de pays lointains ou les ressources naturelles ne soient pas exploités sans vergogne devrait être bien accueilli par les entreprises elles-mêmes. Car sanctionner ceux qui ne respectent pas les règles communes est tout simplement un élément essentiel pour une concurrence plus loyale. C’est un des ingrédients du développement des entreprises et donc de la compétitivité d’une économie et d’un pays.

Source lemonde.fr

Par Jean-Baptiste Jacquin
Rédigé le Mardi 15 Septembre 2015 à 17:03 | Lu 3240 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mercredi 9 Décembre 2015 - 11:09 Sandy Mayetela

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter