Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Clark Terry

Le mentor de Miles Davis n'est plu

Trompettiste de jazz, Clark Terry souffrait d'un diabète avancé et a dû être hospitalisé le 13 février. Son décès, à 94 ans, a été annoncé par sa femme.


© Jack Vartoogian — Getty Images American Jazz musician Clark Terry
© Jack Vartoogian — Getty Images American Jazz musician Clark Terry
Né à Saint-Louis (Missouri) en 1920, Clark Terry avait commencé la trompette à l'adolescence, alors qu'il était au lycée. Il avait découvert la musique par le biais d'un beau-frère qui jouait du tuba sur un bateau à vapeur sur le Mississippi. Il a joué dans le groupe de l'US Navy durant la Seconde Guerre mondiale et est ensuite devenu l'un des trompettistes les plus respectés du monde du jazz.

Amputé des jambes en 2012
"Notre cher Clark Terry a rejoint le groupe du paradis, où il chantera et jouera avec les anges. Il nous a quittés en paix, entouré de sa famille, de ses élèves et de ses amis", a écrit Gwen Terry samedi. Le trompettiste, qui souffrait d'un diabète avancé, était entré le 13 février dans un établissement de soins, a précisé le magazine spécialisé dans le monde du spectacle Variety. Il avait notamment dû être amputé des jambes en 2012 en raison de complications dues à cette maladie. Clark Terry excellait aussi bien en tant que soliste que comme accompagnateur. Il a fait partie de deux des plus prestigieux groupes de jazz de l'histoire, le Count Basie et le Duke Ellington Orchestra. Il a joué aux côtés de très nombreux grands noms de la musique comme Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Thelonious Monk, Sonny Rollins ou Ray Charles.

Professeur de Quincy Jones
Il a donné des leçons à Quincy Jones et servi de mentor à un jeune homme nommé Miles Davis. Durant les années 1960, il a aussi collaboré avec le dieu de la trompette, Louis Armstrong. Particulièrement prolifique, il a participé à plus de 900 séances d'enregistrement. En comparaison, Louis Armstrong n'en comptait que 620 à son actif. Au total, il a remporté plus de 250 prix et récompenses dans sa carrière. Plus tard, ce personnage plein d'humour s'est concentré sur les jeunes et a donné de nombreuses leçons de musique dans des lycées ou des universités. "Clark a joué avec tant de gens incroyables dans sa vie. Il a été très heureux avec ses amis et sa plus grande passion était de passer du temps avec ses étudiants", a encore écrit sa femme. Le trompettiste était très connu du grand public américain depuis qu'il avait été l'un des musiciens vedettes employés dans l'émission du soir de NBC The Tonight Show. En 1960 il était même devenu le tout premier musicien afro-américain à être engagé par la chaîne.

Source lepoint.fr

© BERT MATTSSON / AFP
Rédigé le Mardi 24 Février 2015 à 09:47 | Lu 1800 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 2 Décembre 2015 - 08:37 RESTEZ CONNECTÉ(E)

Vendredi 27 Février 2015 - 10:11 Pourquoi ce match Fespaco - Nollywood ?

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter