Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Cikuru Batumike

Femmes du Congo-Kinshasa

Essayiste, poète et journaliste, Cikuru Batumike est de nationalité suisse. Il est né à Bukavu (République démocratique du Congo) Il est le correspondant en Suisse du magazine Amina.


"Au fil du temps, un concept identitaire s'est mis en place : la femme congolaise prend de plus en plus conscience de son identité longtemps-et sciemment omnibulée par une volonté dominante et possessive-mâle. Elle s'est mise à parler pour soumettre ses aspirations de vie. Elle s'est mise à contester l'autorité du mâle et donner un sens à sa vie. De la soumission à la prise en main de son destin, le chemin parcouru reste long. Tout n'a pas été entrepris pour que la femme congolaise jouisse d'une grande considération quant au rôle qu'elle est censée jouer dans la société.

Des acquis existent. Des défis, en grande partie, susceptibles d'en finir avec les discours, les promesses, les résolutions, les professions de foi et de poser des actes concrets en terme psychologique (adopter d'autres mentalités qui mettent la femme en confiance); culturel (en finir avec la chosification de la femme et se défaire du poids de certaines traditions qui l'amoindrissent dans sa personnalité); social (garantir l'instruction et l'accès de la femme aux postes de prise de position) ou juridique (actualiser les codes de la famille et du travail).

Certes, des synergies ont vu ou voient le jour, oeuvres de quelques organisations féminines de la société civile. Mais, elles souffrent de l’absence d'une dynamique continuelle d'action, de l'absence de lobbying féminin ou de l'accompagnement de médias, d'un manque de collaboration ou d'entente entre les femmes, chacune voulant tirer la couverture de son côté."

Collection : études africaines. Editions L'Harmattan, mai 2009, Paris. 100 pages.
ISBN : 978-2-296-07779-9


cikurubatumike@hotmail.com
Rédigé le Dimanche 10 Mai 2009 à 00:00 | Lu 1277 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 01:45 Hem' sey Mina

Lundi 9 Juillet 2018 - 23:24 Seun Kuti

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter