Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Christiane Taubira

Les Noirs, Une Commune Exclusion basée sur l’Apparence Physique

L’emblématique députée de Guyane, Mme Christiane Taubira a fait l’honneur à la rédaction d’Afrikara.com de lui réserver son analyse de l’effervescence médiatique autour de ce que le quotidien Libération du 22 février 2005 appelait Le Malaise Noir, en marge d’une nouvelle affaire dite Dieudonné. ( by Afrikara.com )


Christiane Taubira
Christiane Taubira
Entre réunions, avions et un emploi du temps pléthorique en perpétuel réaménagement, l’auteure de la loi historique du 10 mai 2001 faisant de la Traite des Noirs et de l’Esclavage un crime contre l’humanité a confirmé ses propos rapportés par Libération, en approfondissant son point de vue sur le nœud du problème, l’exclusion des Noirs de France, leur invisibilité sociale.

Christiane Taubira réfute d’emblée le prisme «trop globalisant» de Noirs souvent utilisé par commodité ou avec le regard suranné d’une masse informe, indifférenciée, qui ferait le lit d’une vision médiatique simpliste d’une complexité humaine.

En effet, une « exclusion commune basée sur l’apparence nous rassemble» pourtant les situations sont irréductibles à une prise unique exclusivement articulée sur le derme dit la députée. L’exclusion et les problèmes rencontrés par une femme de ménage, ses cadences de travail impossibles, ses horaires, ses droits sociaux n’ont rien à voir avec le parcours du combattant d’un chercheur noir, pour trouver un éditeur, gagner sa notoriété sur ses travaux universitaires, signer ses publications scientifiques, obtenir une chaire.

Les discriminations et les formes d’exclusion « varient selon les catégories socioprofessionnelles », selon les milieux et contextes sociaux, spatiaux, et se transforment dans le temps. Les rejets sur le terrain de l’embauche ou sur celui de logement, de l’accession à la propriété, du crédit s’ajoutent à « un indicible sentiment de souffrance » que le travail de mémoire [bloqué] sur l’histoire de la traite négrière n’a pas apaisé.

Il y a un passage de la frustration à l’exaspération chez les jeunes générations qui ont enculturé et intériorisé un inconscient collectif lié aux violences physiques hier, symboliques et sociales aujourd’hui de l’ancien l’empire colonial, responsable de leur appartenance de facto à l’espace français.

« Si la société reste sourde, je ne préjuge de rien» a tenu à rappeler Christiane Taubira après l’avoir déjà martelé sur d’autres supports, pointant une pierre d’achoppement entre le modèle républicain et les Noirs français de différentes origines. Cette mise en garde accrédite un regard sociologique plutôt que polémique en marge de la médiatisation de l’affaire Dieudonné, le premier sinon un des premiers à mettre en avant de façon systématique la question noire, celle de l’histoire coloniale traumatique de la France avec les mondes noirs.

Cette perspective est développée avec une attention clinique portée aux mouvements de mobilisations des communautés noires de France. Pour un faisceau de raisons là encore impropres à une qualification définitive univoque, les apprentissages sociaux de la mobilisation des Noirs en sont à leurs balbutiements et les regroupements visibles qui se multiplient -marches, rencontres, commémorations, …- ne traduisent pas la demande de reconnaissance des Noirs de France. La députée de Guyane aime à répéter à la suite de l’immense poète et penseur martiniquais ce constat grave mais réaliste : «Nous ne savons pas faire foule».
Pourtant précise t-elle, face à cette exclusion commune les outils républicains existent qui permettraient de «forcer les autorités à nous écouter». En matière légale la loi de 2001 crée une légitimité pour des actions volontaristes de revendications, de plus, la charge de la preuve a été aménagée en faveur des victimes pour rendre le droit plus effectif dans la pénalisation des actes de racisme.

Les dispositifs institutionnels contre le racisme pourtant ne mentionnent quasiment pas les cas de racisme anti-noir dans la France d’aujourd’hui, ce qui est pour le moins un tour de force ! A cela Christiane Taubira qui a plusieurs fois saisi le gouvernement dans le cadre des questions à l’Assemblée sur les discriminations protéiformes frappant les Noirs, renvoie la balle dans le camp de la communauté : «Personne ne s’occupera de nous si nous ne bougeons pas !».

Heureusement la calamiteuse vente aux enchères d’objets en relation avec la traite négrière du 12 janvier 2005 contre laquelle une action en justice s’était interposée a montré une mobilisation en marche et le bien fondé de celle-ci. Il est regrettable nous confie Christiane Taubira que certains membres de la communauté aient voulu jouer comme trop souvent une équation personnelle, mais cette affaire de vente aux enchères a illustré un processus de mobilisation en marche et c’est de bon augure.

Afrikara.com

Ze Belinga / Afrikara.com
Rédigé le Mardi 1 Mars 2005 à 17:07 | Lu 4407 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Vendredi 26 Mars 2021 - 19:59 Fiston MAKETA

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter