Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Carlos Moore

Un Centre International d'Études Africaines et Diasporiques à Bahia

Le Docteur Carlos Moore, diplômé de l'université de Paris VII fait une analyse historique du racisme dans un livre, et dans le même temps avec d'autres intellectuels nationaux et internationaux, lance un Centre International des Études Avancés sur le Brésil, l'Afrique et les Diasporas.


Le Docteur Carlos Moore Wedderburn
Le Docteur Carlos Moore Wedderburn
Par la même occasion sera également lancé le livre "Racismo & Sociedade: novas bases epistemológicas para entender o racismo"(Racisme et Société : nouvelles bases épistémologiques pour la compréhension du racisme (300 pages - Editions Mazza: Belo Horizonte, 2007) de Moore, un Ethnologue cubain, ancien professeur des Relations Internationales de l' University of the West Indies, dans les Caraïbes. Le livre fait une analyse historique du racisme dans le monde, et est le fruit de décennies des expériences et des voyages de cet universitaire à travers le monde.

La cérémonie d'ouverture du centre sera accompagnée d’une Grande Conférence intitulée "O lugar do Brasil na África e da África no Brasil"(la place du Brésil en Afrique et de l'Afrique au Brésil) au cours de laquelle le chercheur présentera la synthèse des lignes stratégiques du CIEABAD et fera une analyse des relations internationales entre le Brésil et le continent africain. Pour Moore, "La lutte contre le racisme va désormais de pair avec l'avènement d'un nouvel ordre de justice et d'équité, autant au sein des nations qu’au niveau international ".


Dans ce sens, selon le chercheur, la création d'un centre d'études avancées sur ce thème, au Brésil prend une importance fondamentale.

Le CIEABAD utilisera diverses lignes de recherches allant des analyses du Brésil contemporain aux études sur la gouvernance et la démocratie en Afrique, et verra la participation d'intellectuels internationaux et brésiliens respectés dans les commissions de travail.

Parmi ceux-ci, on retrouve entre autres la professeure Ivete Sacramento (UNEB), première rectrice noire au Brésil; l'anthropologue congolais installé au Brésil, Dr. Kabenguele Munanga (USP); le Dr. Hélio Santos (USP), auteur du livre "Em Busca de um Caminho para o Brasil"(À la recherche d'un Chemin pour le Brésil); la docteure Sueli Craneiro, directrice de l'institut Geledés; La doctoresse Cida Bento, directrice du CEERT.

Le Livre

Dans "Racismo e Sociedade", Moore établit les chainons du racisme entre les civilisations les plus diverses et à diverses périodes historiques. "Le racisme n'est pas localisé dans un coin de la société; c'est quelque chose qui traverse toute la société. Le racisme est lié aux relations interpersonnelles, mais ces relations sont, également, le reflet du racisme, dans la mesure où elles reflètent ce qui domine dans la société. Il s’agit de relations interpersonnelles qui servent comme refuge individuel du racisme», indique le chercheur.

"Racismo e Sociedade" sort alors que la société brésilienne vit un moment important. Certains intellectuels conservateurs commencent à questionner les nécessités des actions affirmatives et des politiques de réparations pour la population noire qui estime représenter aujourd’hui plus de la moitié de la population du pays.

Dans l’œuvre de Moore, qui jette un regard global, la nécessité de mesures effectives pour réduire les inégalités sociales issues du racisme est affirmée. "Le phénotype est la norme qui régit les relations, et par conséquent, " déracialiser " la société signifie démonter tous les mécanismes automatiques autour du phénotype, dont la société est dotée …", affirme-t-il.

Qui est le professeur Carlos Moore?

Né à Cuba en 1942, Carlos Moore Wedderburn possède la double nationalité Cubaine et Jamaïcaine et a une formation interdisciplinaire de l’Université PARIS VII, en France où il a obtenu deux doctorats : le prestigieux doctorat d’État en Sciences Humaines (1983), et un autre en Ethnologie (1999).

Il a été Conseiller Personnel pour l’Amérique Latine du Secrétaire Général de l’Organisation de l’Unité Africaine (devenue l’Union Africaine) du Dr. Edem Kodjo, et également Secrétaire Général de la Communauté des (États de la) Caraïbes (CARICOM) sous le Dr. Edwin Carrington.

Entre 1966 et 2002, il a occupé la chaire de professeur titulaire des thèmes liées à l’Amérique Latine à l’Institut des Relations Internationales de l’Université de la Caraïbe à Trinité et Tobago de 1986 à 1987, professeur de Sciences Politiques de l’Université Internationale de Floride (FIU) aux Usa. Pendant six années, il fut conseiller personnel à Dakar au Sénégal du scientifique Cheikh Anta Diop, directeur du Laboratoire de Radio-carbone, de l’Institut fondamental (des Recherches) d’Afrique Noire [IFAN]. Il travaille actuellement avec l’Université de la Caraïbe à Kingston, Jamaïque en tant que Directeur de recherche honoraire.


Au cours de son parcours académique et de recherches, le Dr. Moore est passé par le Sud-Est asiatique [Indonésie, Philippines], le Pacifique [Australie, Papouasie Nouvelle Guinée, Papua Leste, Fidji], la Caraïbe et l’Amérique Latine, menant des enquêtes sur les relations ethniques et raciales. Il a vécu et travaillé pendant huit ans dans divers pays d’Afrique (Égypte, Nigéria et Sénégal) et a effectué des missions d’étude sur les conditions des réfugiés dans plusieurs pays (Somalie, Zimbabwe, Tchad). De 1975 à 1982, il fut analyste de politique latino-américaine de l’ "Agence France Presse" à Paris, ville dans laquelle il vécut pendant quatorze ans, et analyste politique sur les sujets de l’Afrique de l’Ouest de l’hebdomadaire international, "Jeune Afrique".

Parmi ses publications on retrouve Castro, the Blacks and Africa (Los Angeles: CAAS/ University of California at Los Angeles [UCLA], 1989); This Bitch of a Life (Londres: Allison & Busby, 1982, Paris: Karthala, 1982); African Presence in the Americas (Trenton: Africa World Press, 1995). Il est également l’auteur de plus de cinquante articles et des essais publiés sur la politique internationale. Son autobiographie, Pichón, no prelo, sera publiée en2008 par la Lawrence Hill Co aux USA.

Traduit du Portugais par Guy Everard Mbarga

Guy Mbarga
Rédigé le Samedi 15 Décembre 2007 à 19:44 | Lu 1705 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Mardi 16 Juin 2020 - 21:41 Somos Cultura de Resistencia

Mardi 16 Juin 2020 - 21:34 EL QAFF tiene rostro de mujer

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter