Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Carlinhos Brown

Méga star brésilienne: La musique, oeuvre divine, la percussion son verbe.

La musique est aussi œuvre divine, véhicule de la vie, et le musicien devient un récepteur, un intermédiaire, un médium, telle est la conception et la conviction très peu show biz de Carlinhos Brown, artiste brésilien de toute première lime.



Carlinhos Brown
Carlinhos Brown
Antonio Carlos Santos Freita, alias Carlinhos Brown pour l’admiration qu’il vouait à God father James Brown est sans conteste le chef de file de la nouvelle vague musicale de Bahia au Brésil. Compositeur leader confirmé et star brésilienne pleine, ambassadeur du son actuel, il écrit pour les interprètes les plus en vue de son pays -Sergio Mendes, Sepultura, Marisa Monte..- avec un succès qui ne se dément guère.

Le percussionniste et génial compositeur a décidé de passer à un registre autre, celui d’interprète, il a créé un groupe de 120 percussionnistes à vocation sociale, Timbalada. Au passage il rénove et réinvente une percussion ancienne datant de l’esclavage et tombée un peu en désuétude, le Timbau, associé à une image négative ou recluse du candomblé -vaudou brésilien. Cette réconciliation du peuple avec son passé, son sacré et donc son avenir est soutenue par un projet social autour du groupe de percussionnistes. Pas mal, mieux…

Sa conception et sa pratique artistiques sont dignes de mention et même d’un coup de chapeau appuyé. Aux antipodes de l’acception populo-festive pilotée exclusivement par le hit parade des ventes et les compromissions pour arriver à la gloire coûte que vaille, Carlinhos Brown voit dans la musique un moment créateur de vie faisant intervenir Dieu lui-même depuis l’origine du monde. Chez lui on reçoit la musique de Dieu et on la diffuse avec générosité.

La musique est une nécessité vitale pour l’humain, indispensable à la vie donc d’essence divine, elle se sert de l’homme comme intermédiaire des œuvres de Dieu. Le musicien devient un véhicule, un courtier de l’existence, un récepteur qui redispatche la parole aînée .

Dans ce monde étonnamment (?) africain, la percussion tient le rôle d’ancêtre, c’est le premier langage, le verbe, précédant dans l’arrivée au monde les guitares, ou contrebasses. Carlinhos Brown pense que de la même façon qu’on se sert d’ordinateurs pour étudier les hiéroglyphes, on devrait étudier scientifiquement les rythmes donnés par les tambours. Riches de paroles, ils consigneraient toute l’histoire du monde, telles des puces informatiques… L’histoire du monde stockée, gravée, écrite dans les tambours, anodins, banals, pauvres instruments du pauvre, il fallait oser y penser !

Heureusement qu’à l’instar de Carlinhos Brown il reste des atypiques et originaux qui insinuent le doutent créateur dans la marche tranquille du bizness musical, ils ouvrent les portes pour entrevoir dans les arts, l’esthétique, la musique, un horizon autre, de mieux-être social, de paix intérieure, de sacré.

Le tout en percussion, car Carlinhos Brown en interprète ça donne un mélange percu afro-brésiliennes et son reggae, guitares rock et cuivres funk, un rendu très énergique.


Tiré de l’entretien accordé à Batteur-Magazine, septembre 1999

Album : Carlinhos Brown, Omelete Man (Delabel/EMI)


Afrikara.com
Rédigé le Mercredi 15 Décembre 2004 à 00:00 | Lu 3029 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter