Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Cab Calloway

THE SWINGING SHOWMAN

Le 25 décembre 1907 naît à Rochester, Cab Calloway. Il sera vocaliste, batteur, chanteur, bout en train infatigable et un personnage phare du music-hall américain.


Cab Calloway
Cab Calloway
ratelier d’incisives rutilantes, mèche rebelle flottant sur le front, zoot suits satinés et chaîne de montre interminable, délires scénique et vestimentaires, geste ample et désarticulés: Cab Calloway.
Question: Cab calloway est-il un grand et un bon chanteur de jazz ou bien un pantin rigolo, pontuant d’onomatopées du genre “ hi de ho “ des vocaux indigestes d’un point de vue musical ?
Réponse : “ Si ses “ hi de ho “ furent primitivement des “ adornos “
destinés à faire rire une certaine clientéle, Calloway fut et demeure un bon chanteur de jazz : Un “ gugusse “ n’eût pas abusé d’un demi-siècle durant le public le plus exigeant qui soit, celui de Harlem.
De tous ceux qu’on lui a adressés un seul reproche tient : celui d’être une impénitente “ bête de scène “,
un swinging showman.


David Gakunzi
Rédigé le Dimanche 14 Décembre 2003 à 00:00 | Lu 3283 commentaire(s)





1.Posté par The Hi de Ho Man le 13/11/2006 23:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour vous faire une bonne idée de Cab CALLOWAY et de son époque, rendez-vous sur le 1er site en français qui lui est consacré : The Hi de Ho Blog.
Photos, histoires, anecdotes, films rares...


À lire aussi :
< >

Mercredi 24 Janvier 2018 - 02:16 « L’Afrique, futur royaume de l’innovation ? »

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter