Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

CONCERT-PRESENTATION DU NOUVEL ALBUM DE SHERYL GAMBO

Basango présent la chanteuse congolaise Sheryl Gambo avec son nouvel album « Edy Tia Mboa » le vendredi 28 septembre 2012 à 20:30h à l’Iguane Café .


CONCERT-PRESENTATION DU NOUVEL ALBUM DE SHERYL GAMBO
Dans ce dernier opus « Edy Tia Mboa »  Sheryl Gambo, la diva afrosoul chante en Mbochi sa langue maternelle, en lingala, en français et en anglais, des chansons reflétant son vécu et son regard de femme congolaise sur le quotidien de ses contemporains et sur son époque.
 
Sheryl creuse encore davantage le sillon avec des combinaisons inattendues : Ben-J des Neg Marrons, Fredy Massamba, Oupta, des DJ de Coupe Décalé et de Dancehall.
 
Sheryl Gambo représente cette jeunesse urbaine africaine créative, innovante, fière des anciens et résolument en phase avec le reste du monde.

La chanteuse à la voix de velours, Sheryl Gambo, commence à chanter à l’âge de 8 ans dans les chorales religieuses de Pointe-Noire et Brazzaville, puis dans les groupes de variété locaux. Avec le temps, Sheryl deviendra la nouvelle sensation de la scène musicale du Congo-Brazzaville.
 
Sheryl Gambo s’invite dans le paysage des musiques urbaines africaines (afrosoul), avec son univers authentique, mélange d’influences issues du patrimoine culturel traditionnel et moderne de son Congo natal et d’autres régions d’Afrique, de R&B, de Soul, de musiques afro caribéennes: salsa, reggae, dance hall, zouk…
 
Son tout premier projet, ‘’Lemo Yassa’’, publié en 2008, sous l’égide du label indépendant Dee Soul In Town a obtenu les faveurs d’un large public lors du Festival Panafricain de Musique (FESPAM), des récompenses aux Tam Tam d’Or (meilleure découverte et originalité musicale) reçues des mains de l’illustre Papa Wemba, un de ses modèles. Il lui  a aussi permis d’avoir l’honneur de porter les couleurs du
Congo à Madagascar dans le cadre des ‘’Découvertes RFI 2008’’, puis au Festival Mondial des Arts Nègres (FESMAN) à Dakar au Sénégal.
 
 
 
 

Rédigé le Lundi 10 Septembre 2012 à 15:28 | Lu 886 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Lundi 16 Janvier 2017 - 20:54 "Racines", un remake événementiel

Lundi 14 Décembre 2015 - 14:47 Spirita NANDA

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter