Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

CHÉRI CHERIN

RANGÉ DES SAPEURS

Le peintre, vieux lion désargenté, ne rugit plus dans les fêtes de Kinshasa, mais sa peinture a gardé des crocs. Contre les pollueurs et les salisseurs.


A Kinshasa, le superlatif le dispute à l’hyperbole. Il faut en rajouter, se démarquer coûte que coûte, jusque dans les noms d’emprunt. Joseph Kikonda est ainsi devenu Chéri Cherin. « Chéri », comme celui de ces dames. « Cherin » comme « créateur hors (série) expressionniste remarquable inégalable ». Rien de moins. Les aléas de la vie et la maladie ont forcé l’artiste à plus de modestie. « Je ne tiens plus le coup », souffle-t-il alors que deux personnes l’aident à s’asseoir. Sexagénaire fatigué, Chéri Cherin a perdu de sa superbe d’ancien sapeur. Ses tableaux, eux, ont gardé leur brio.
« Je ne suis pas devenu peintre, je suis né peintre », déclare-t-il tout de go. Histoire de poser le mythe. Son père le destinait plutôt à la prêtrise. Au séminaire à Bandundu, les jésuites remarquent son talent et l’envoient à l’académie des beaux-arts de Kinshasa. Il y apprend la céramique, peaufine le dessin. Mais le jeune homme se révolte contre « l’académisme, l’expression coloniale, la liberté surveillée ». A l’enseignement corseté, il préfère une peinture populaire où « aucun sujet n’est tabou ». En 1993, il fonde l’Atelier de recherche en art populaire, qui formera des bataillons de jeunes artistes tels que Mika.

Chéri Chérin
Chéri Chérin
Pour Chéri Cherin, la peinture doit porter un message que même un enfant peut saisir. « On doit être utile à la nation, donner de l’espoir, dénoncer quand il le faut et proposer des pistes de solution », résume-t-il. Actualité, mythologie et rumeurs de la cité s’enchâssent dans ses toiles fourmillant de détails. Tout est passé au scalpel, de la religion à la politique. « La Bible est là pour endormir les gens », déclare le peintre, adepte du prédicateur Simon Kimbangu. Sceptique envers les dirigeants de son pays, il pointe la corruption des uns, l’incurie des autres. Ses titres sont éloquents : Parle menteurs des parties pourritiques ; ou encore Les Distributeurs de la démocratie. Aussi a-t-il souvent été inquiété sous le règne de Mobutu. En 1994, il fait grincer les dents lors d’un concours sur le regard de l’artiste sur le phénomène de la démocratisation. Menacé, Chéri Cherin se met au vert. Une autre toile lui vaudra des noises, Quand j’étais président ou roi des bêtes, allégorie animalière mettant en scène Mobutu en léopard, flanqué d’une cohorte d’animaux malfaisants incarnant détournement d’argent, concentration des richesses, culte de la personnalité.

Aujourd’hui immobilisé, Chéri Cherin garde le doigt sur le pouls du monde via la télévision ou Internet. Un thème le préoccupe, le réchauffement climatique. Son dernier tableau, construit en diptyque, traite d’ailleurs de la protection de l’environnement. On y repère la figure de Wangari Muta Maathai, biologiste kényane et militante écologique, qui reçut en 2004 le prix Nobel de la paix pour sa contribution au développement durable. « L’Europe a coupé les arbres, à la différence de l’Afrique, qui a sa forêt, qui est le poumon du monde, explique-t-il. Les arbres, c’est de l’argent. Demain, les Européens vont venir trouver refuge en Afrique. » Son esprit est toujours aussi critique. Mais, comme ses pairs, il se garde bien de chahuter le pouvoir en place. « Sous d’autres cieux, l’artiste est respecté, c’est un monsieur qui a sa place dans la société. Chez nous, il est marginal. Tout le monde s’en sert, mais son sort n’intéresse personne », glisse-t-il. Et d’ajouter : « Le Congolais n’a pas d’argent. Pour lui, l’œuvre est un luxe. Pour 200 dollars, il préfère acheter deux sacs de foufou. Nous sommes pauvres économiquement et intellectuellement. » Bien que las, Chéri Cherin ne perd pas espoir. Dans ses tableaux, il rêve de lendemains qui chantent, d’un Congo rutilant d’ordre et de propreté. La force de regarder demain, tel est le titre d’une œuvre qu’il vient d’achever.

Source lemonde.fr

Par Roxana Azimi
Rédigé le Lundi 7 Septembre 2015 à 15:25 | Lu 1003 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Vendredi 1 Février 2019 - 15:55 Wilson Borja

Mercredi 12 Juillet 2017 - 04:51 SHOLA ADISA-FARRAR

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter