Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

CALENDRIER NOIRS ET CELEBRES 2009!

Après la victoire de Barack Obama aux Etats-Unis où du monde entier on s’exclamait dans une liesse populaire « yes ! We can !!! »
Les problèmes identitaires récurrents chez les francophones d’origine africaine et antillaise continuent d’entretenir les débats entre intellectuels sur les chaînes nationales et régionales.


CALENDRIER NOIRS ET CELEBRES 2009!
Expliquer les ouvrages scolaires fustigés par la HALDE où les délits de faciès sont entretenus en permanence sans qu’une décision par les responsables politiques soit prise pour bannir définitivement cette tare de l’enseignement.

• Promouvoir les actions en faveur des minorités non visibles en parlant de quota et de « positive acte » sans condamner véritablement ceux qui freinent cette démarche et qui rend impossible toute crédibilité d’une telle proposition de loi.

• Mettre en avant les droits de l’homme dans les grands discours alors qu’au sein même du système règne une forme pernicieuse et sournoise de ségrégation et de racisme qui exclut les ressortissants des anciennes colonies françaises des bénéfices engendrés par les exploitations passées.

Parler de décentralisation et de responsabilisation à nos élus d’outre-mer quand tout est fait pour entretenir une dépendance à l’importation et à la consommation excessive donc non contrôlée qui fait qu’aujourd’hui les Antilles sont les champions du monde du surendettement.

C’est dans un contexte économique social et culturel de contradiction et de souffrance que sort la huitième édition du calendrier Noirs et Célèbres.

L’espérance qui agite les consciences à travers la nomination du premier président non-blanc des Etats-Unis ne doit pas nous faire oublier que nous avons nos propres problèmes existentiels à résoudre et que Barack Obama ne pourra rien faire pour nos situations.

C’est à nous de prendre position pour notre avenir dans une logique évidente et nécessaire que rien ne s’obtient sans lutte.
L’exemple des mobilisations outre-mer sur le pouvoir d’achat et le prix de l’essence nous montre le chemin à prendre pour réussir à nous imposer.

En valorisant nos champions, nous amenons la culture de la gagne dans chaque foyer, préparant ainsi l’élite de demain et repoussant les barrières des inégalités raciales et sociales de notre société aujourd’hui.

Ainsi, l’expression du changement utilisée par Barack Obama aura réellement sa place dans la construction de notre avenir.

CALENDRIER 2009 DISPONIBLE RUBRIQUE BOUTIQUE.
ATTENTION EDITION LIMITE POUR CETTE ANNEE!


ARCHIVE
www.associationarchive.com
Plus d'infos: Olivier 06 64 99 39 87
olivier@associationarchive.com

olivier
Rédigé le Lundi 26 Janvier 2009 à 00:00 | Lu 2101 fois | 2 commentaire(s)





1.Posté par DJ Makani le 23/09/2009 16:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour tout!
Abientôt

2.Posté par DJ Makani le 23/09/2009 17:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonsoir a tout!
Ce vou plé doné ma número avec ma contact E.Mail adresse a Mr.OLIVIER BIRNA.
Je sui de la ANGOLA me je parle pa bien France.
Moi je chorche Calendrier, T-shirt noir et celebret.
Adresse E.Mail----M.Kani@live .de
Telephone-------- +49(0)1606819952

Merci
Abientôt

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


À lire aussi :
< >

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

Mercredi 30 Décembre 2020 - 12:50 Le roi Moe Makosso IV s'en est allé

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter