Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Brésil

L’égalité raciale dans 50 ans seulement

Les noirs gagnent moins, travaillent plus sans que le porte-monnaie ne suive et sont les plus nombreux dans les services domestiques, l’agriculture et la construction civile. Selon l’enquête "Inégalités raciales, racisme et politiques publiques : 120 années après l’abolition (Desigualdades raciais, racismo e políticas públicas: 120 anos após a abolição)", divulguée par l’Ipea, il faudra attendre au moins 32 ans pour que le Brésil atteigne une égalité salariale entre blancs et noirs.


 Brésil
Dans son explication de l’étude, le directeur de la coopération et du développement de l’ Ipea, Mário Lisboa Theodoro a souligné le fait que "les politiques universelles ne sont pas suffisantes pour résoudre la question raciale". "La différence entre les blancs et les noirs ayant accès à l’université a triplé, passant de 4,3% en 1976 à 13% en 2006", indique-t-il.

Theodoro a également rapporté que les enquêteurs de l’ Ipea sont en train de réaliser une enquête sur la naissance et la construction du racisme. "Au contraire des USA par exemple qui ont construit des écoles après la fin de l’esclavage, il n y a pas eu historiquement d’investissement financier public sur la population noire", affirme-t-il.

Selon l’étude, en cette année de commémoration des 120 années de l’Abolition de l’Esclavage, la population noire constituera la majorité de la population du Brésil. Pourtant, l’inégalité d’accès aux biens, aux services et aux droits fondamentaux comme l’éducation persiste. On n’atteindra l’égalité que d’ici cinq décennies. Les chercheurs ont analysé des variables agrégées dans tout le pays sur la population, la scolarité et le revenu et les ont comparé par tranches d’âge entre les noirs et les blancs à partir de données primaires de l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et de Statistique).

L’étude a été réalisée par les techniciens de la Direction des études Sociales de l’Ipea, parmi lesquels Sergei Soares, Luciana Jaccoud et André Campos. L’étude complète sera publiée dans un livre publié par l’Institut au courant de cette année.

Traduit du Portugais par Guy Everard Mbarga

http://www.ipea.gov.br/default.jsp


Guy Mbarga
Rédigé le Jeudi 22 Mai 2008 à 03:16 | Lu 2260 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mardi 16 Juin 2020 - 21:41 Somos Cultura de Resistencia

Mardi 16 Juin 2020 - 21:34 EL QAFF tiene rostro de mujer

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter